Fermer

Entrez vos identifiants


Mot de passe oublié ?

logo de natation pour tous

Afficher menu du site

Natation pour tous
Le livre

Natation : méthode d'entraînement pour tous

Découvrez une méthode d'entraînement complète avec un accompagnement sur une centaine de séances et de nombreux exercices techniques.

Voir la présentation du livre

Restez en contact :

facebook Flux rss Natation pour tous sur Twitter


Vous êtes ici : Accueil > Blog > Les légendes de la natation > Dawn Fraser



Dawn Fraser : une femme de caractère

Le 21 mai 2010

portrait de Dawn Fraser

Dawn Fraser, un nom cher aux Australiens. Celui d'une nageuse à la carrière exceptionnelle, rythmée par les succès et les records mais qui a aussi souvent défrayée la chronique par son comportement indépendant et son fort caractère.

Son histoire commence en 1937 dans la banlieue de Sydney au sein d'une famille de 8 enfants. Elle pratique la natation dès l'âge de 4 ans pour soulager une forme d'asthme assez sévère mais aussi parce que c'est l'une des seules activités abordables pour cette famille aux revenus modestes. Très vite, elle se révèle à la fois douée et dotée d'un fort esprit de compétition et obtient d'excellents résultats, sans pour autant envisager la natation autrement que comme un loisir.

Alors qu'elle a 13 ans, son frère Don meurt d'une leucémie. Véritable modèle pour elle, ce décès est un évènement particulièrement marquant. Pour faire honneur à ce frère qui l'a initiée à la natation, qui a toujours cru en elle et en son don pour ce sport, Dawn se lance dans un entraînement particulièrement intensif.

Les efforts paient rapidement et à la fin des années 40, Dawn s'impose face à une jeune espoir de la natation australienne, Lorraine Crapp. Un choc pour l'entraîneur de celle-ci qui fait mener une enquête sur cette surprenante nageuse qui semble venir de nulle part. On découvre ainsi que Dawn aurait reçu des prix en espèces à l'occasion de ses premières victoires. Les charges paraissent en fait bien légères mais Dawn écope tout de même d'une suspension de 18 mois pour cette infraction aux règles de l'amateurisme. Cette sanction particulièrement sévère pour une jeune nageuse, laisse à Dawn un fort sentiment d'injustice.

Harry Gallagher / Dawn Fraser, le duo gagnant

En mai 1952, elle est repérée par le célèbre entraîneur Harry Gallagher. Celui-ci perçoit immédiatement son potentiel et lui propose de l'entraîner gratuitement. Dawn Fraser travaillera avec lui jusqu'à la fin de sa carrière. Les entraînements durs et rigoureux d'Harry Gallagher portent vite leurs fruits : Dawn nage plus en glisse, améliore sa respiration et sa gestion de course. En 1955, elle devient championne d'Australie en remportant toutes les épreuves de nage libre sur lesquelles elle est engagée. En 1956, année des jeux, elle bat le record du monde du 100 mètres nage libre qui tenait depuis plus de 20 ans avec un temps de 1'04''6. La concurrence est cependant féroce et au cours de cette seule année, le record est battu 6 fois et descend de plus de 2 secondes. Les jeux de 1956 annoncent donc une rude bataille. Dès les séries et les demi-finales du 100 nage libre, Lorraine Crapp et Dawn Fraser se montrent à leur meilleur niveau mais, en finale, c'est Dawn Fraser qui mène la course d'un bout à l'autre pour s'imposer en 1'02''0.

Ce premier titre olympique en poche, le duo Harry Gallagher / Dawn Fraser ne s'arrête pas en si bon chemin. Contrairement à la plupart de ses rivales, Dawn va réussir à durer et elle n'est qu'au début d'une longue carrière. La voix vers les jeux de 1960 qui ont lieu à Rome se dégage rapidement. Entre 1956 et 1960, Dawn Fraser enchaîne les victoires et bat de nombreux records sur des distances allant du 100 au 400 mètres nage libre (ou du 110 au 440 yards).

Lorsque s'ouvrent les jeux olympiques de Rome, elle semble être devenue invincible. L'Américaine Von Saltza parvient tout de même à lui offrir une belle résistance en finale du 100 mètres nage libre mais l'Australienne conserve son titre olympique en 1'01''2. La forme de Dawn Fraser contraste fortement avec celle du reste de l'équipe nationale et aucun autre nageur australien ne la suit sur la plus haute marche du podium. Pourtant, loin de constituer un modèle ou un leader, Dawn Fraser agace. A plusieurs reprises, elle refuse de se soumettre aux consignes des entraîneurs australiens et se brouille avec ses coéquipières. A son retour elle est écartée de la sélection nationale pendant deux ans.

La première femme sous la minute

Réintégrée opportunément pour les jeux du Commonwealth en 1962, Dawn ne manque pas son retour et devient la première femme à nager sous la minute. En moins d'un an et demi, elle porte ce record à 58''9. Un temps impressionnant, d'autant plus que les conditions de l'époque sont encore très différentes de celles que nous connaissons aujourd'hui (voir la vidéo ci-dessous). Dawn Fraser nage sans bonnet ni lunettes, son maillot de bain ne bénéficie pas des tissus synthétiques actuels et il prend donc beaucoup plus d'eau (mouillé, il est 4 fois plus lourds que ceux d'aujourd'hui). De plus, les virages culbutes ne seront autorisés qu'en 1963 et les plots de départ ne facilitent pas vraiment la performance.

Au début de l'année 1964, elle est donc au sommet de son art. C'est à ce moment qu'elle est victime d'un grave accident au volant de sa voiture. Sa mère, passager du véhicule, décède sur le coup et elle-même est sérieusement blessée. Alors que pratiquement plus personne ne la voit disputer les jeux de Tokyo 8 mois plus tard, elle va pourtant surmonter ce terrible choc moral et physique pour défendre son titre. Mais face à la jeune étoile montante américaine Sharon Stouder, la partie est loin d'être gagnée. En finale, les deux nageuses virent ensemble à mi-course et ce n'est que dans les 25 derniers mètres que Dawn parvient à faire l'écart et à l'emporter. Elle est ainsi la première nageuse de l'histoire à conserver son titre sur trois olympiades. Cet exploit n'a jamais été réalisé chez les hommes et n'a été renouvelé qu'une seule fois chez les femmes par Krisztina Egerszegi sur 200 dos entre 1988 et 1996.

La veille de la cérémonie de clôture, après avoir fêté la fin des jeux avec quelques athlètes, elle tente de subtiliser le drapeau olympique suspendu au palais impérial. S'emparant d'un vélo pour prendre la fuite, elle percute un mur de briques et est arrêtée par la police japonaise. Cet incident illustre bien la personnalité de Dawn Fraser, capable de la plus grande rigueur à l'entraînement mais sachant aussi, à certains moments, relâcher la pression. L'empereur passe vite l'éponge sur cette bêtise et fait classer l'affaire, offrant même le drapeau à la nageuse.

Dawn Fraser éclipsée

De retour dans son pays, Dawn est accueillie en héros et est nommée Australienne de l'année. Mais alors qu'elle est l'enfant chérie du grand public, elle est toujours dans le collimateur de certains dirigeants. Son franc-parler et son esprit d'indépendance ne sont toujours pas acceptés et comme aux jeux de Rome 4 ans plus tôt, les conflits ont été nombreux. Outre l'incident au palais impérial, Dawn a par exemple décidé de défiler à la cérémonie d'ouverture contre l'avis des entraîneurs qui auraient préféré qu'elle se repose. Elle a également préféré porter l'ancienne tenue nationale ce qui a déclenché la colère des sponsors. En 1965, la fédération inflige une nouvelle suspension à la nageuse avec cette fois une durée de 10 ans. Malgré les nombreuses protestations, cette suspension ne sera réduite qu'à 4 ans mettant ainsi fin à la carrière de Dawn alors qu'un 4ème titre olympique lui était accessible.

Malgré cette fin de carrière prématurée, Dawn Fraser a conquis un palmarès éloquent avec notamment 41 records du monde et 8 médailles olympiques faisant d'elle l'une des plus grandes nageuses de l'histoire. Alliant talent, travail et caractère, elle a su rester au sommet pendant plus de 10 ans et a conquis une place à part dans le cœur des Australiens.

A lire également :