Fermer

Entrez vos identifiants


Mot de passe oublié ?

logo de natation pour tous

Afficher menu du site

Crédit photo : Paul Sapiano

Natation pour tous
Le livre

Natation : méthode d'entraînement pour tous

Découvrez une méthode d'entraînement complète avec un accompagnement sur une centaine de séances et de nombreux exercices techniques.

Voir la présentation du livre

Restez en contact :

facebook Flux rss Natation pour tous sur Twitter


Vous êtes ici : Accueil > Technique > crawl : vidéo Sun Yang

Le crawl de Sun Yang

Sun Yang est un jeune nageur chinois né en 1991. Spécialiste des longues distances, il domine le 1500 mètres nage libre depuis 2011. Il a remporté sur cette distance les championnats du monde, les jeux olympiques et possède le record du monde. Aux jeux olympiques de Londres, il a également remporté le 400 mètres nage libre et une médaille d'argent sur 200 mètres nage libre.

Sa technique, adaptée aux longues distances, est très différente de celle de Michael Phelps dont nous avons déjà analysée des extraits.

La vidéo ci-dessous a été postée sur Youtube. C'est une compilation des différentes vues sous l'eau diffusées lors du 1500 mètres des championnats du monde de 2011. Ces extraits, ralentis à 25% environ, sont présentés dans un ordre chronologique. Etant donné qu'il y a une certaine répétition, nous n'analyserons pas ici toutes les vues.

Analyse

Respiration de Sun Yang

Du début à 0:54 vues sous-marine latérale, virages
Le début de la vidéo montre deux virages de Sun Yang. La particularité de ce nageur est de respirer sur plusieurs mouvements successifs avant et après le virage. On peut cependant voir que ces inspirations ont très peu d'influence sur la position du corps, contrairement à ce que l'on observe fréquemment chez des nageurs moins experimentés. Si l'on observe la position du bassin notamment, il est difficile de discerner une différence entre les mouvements où Sun Yang respire et ceux où il ne respire pas.

Position sur le mouvement sous l'eau

De 0:54 à 1:14 et de 1:40 à 2:29 vues sous-marine latérale
Le crawl de Sun Yang se caractérise par une fréquence de mouvements basse, assez proche d'un mouvement par seconde soit environ 27 mouvements par longueur. A chaque mouvement, il étire au maximum le bras vers l'avant et marque un léger temps d'arrêt dans cette position. Cette extension est amplifiée par la rotation très prononcée de l'ensemble du corps (épaules et hanches tournent dans un mouvement synchronisé).

La conséquence de ce temps de glisse est une coordination en semi-rattrapé c'est-à-dire que lorsqu'une main entre dans l'eau, l'autre main vient à peine de commencer son mouvement vers l'arrière. Il y a quasiment en permanence un bras en extension vers l'avant ce qui permet d'avoir une position plus profilée.

Le regard de Sun Yang est dirigé à la verticale et sa position est parfaitement horizontale. Les battements de jambes sont globalement peu prononcés et relativement irréguliers (avec une fréquence évoluant entre 2 et 6 battements par cycle de bras). Leur contribution à la propulsion est faible et leur rôle est plutôt d'équilibrer la position.

Enfin, la flexion du coude au début du mouvement sous l'eau est importante. Elle permet de positionner très tôt la main vers l'arrière et de diminuer encore les résistances rencontrées (la partie supérieure du bras restant dans l'alignement du corps).

Position au virage

De 2:09 à 2:54 vues sous-marine latérale, virages, plan serré
Cette partie permet de mieux voir comment Sun Yang effectue son virage. Il adopte une position profilée (mains jointes, bras étirés, tête rentrée) avant qu'il ne quitte le mur. Le contact se fait sur le dos puis il effectue son retournement pendant la coulée. Celle-ci ne comporte pas de mouvements de jambes (coulée passive) et s'effectue sur une distance à peine supérieure à 5 mètres.

De 6:44 à la fin, vue extérieure latérale
Sun Yang modifie sa nage dans les derniers mètres, en augmentant la force de ses battements et en réduisant nettement le temps de glisse vers l'avant. Sur cette course, il réalisa ainsi le dernier 50 mètres en 25''94, plus de 3 secondes en dessous de sa moyenne sur la totalité de l'épreuve. Un changement aussi radical est assez rare à ce niveau de compétition.

Cette analyse vidéo permet de montrer comment un nageur de très haut niveau met en oeuvre les grands principes d'efficacité du crawl. Si un détail vous a échappé ou si vous voulez apporter un autre éclairage sur ces vidéos, n'hésitez pas à poursuivre la discussion sur le forum.

A lire également