Article : faut-il compter ses mouvements?

Questions et débats sur la collection de 3 livres Nager un crawl, une brasse, un papillon efficace, ainsi que sur l'ouvrage Natation, méthode d'entraînement pour tous.
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5656
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Matthieu » lun. 2 déc. 2013 21:00

Voici un article que j'ai écrit pour le site Trimes.org
Il traite un sujet important du livre : comment prendre en compte le nombre de mouvements effectués par longueur dans ses entraînements. J'évoque un modèle de progression en 3 étapes que je développerai prochainement sur le site.

Etape 1 : La recherche d’une meilleure technique à vitesse lente.
Utilisation des éducatifs, grande attention portée aux sensations

Etape 2 : L’automatisation de la technique
C'est là que le contrôle du nombre de mouvements effectués sera le plus important, il permet de vérifier que l'on nage bien sur la technique possible. Pendant cette étape, on développe aussi les capacités physiques qui permettent le maintien de l'efficacité de la nage.

Etape 3 : Adaptation de la nage aux contraintes de la compétition
Cette étape permet de réduire les temps faibles et de rechercher le meilleur compromis entre fréquence et amplitude.

L'article : http://www.trimes.org/2013/12/02/faut-i ... ouvements/
Xikh
Supporter
Supporter
Messages : 196
Enregistré le : lun. 5 nov. 2012 23:08
Niveau : Triton

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Xikh » mar. 3 déc. 2013 11:26

Article très intéressant qui explique bien l'approche de la méthode.
Mais les 150 000 répétitions de mouvements (par semaine?) me semblent beaucoup pour 5km par semaine. Ca serait pas plutôt 6000 par semaine? ce qui est déjà pas mal! (avec 30 mvts par 25m, ça nous en fait 30*4*50 mouvements pour 5km).
Et sinon je n'ai pas très bien compris ce que représentait le graphique de gauche (où sont données les fréquences? l'ordonnée c'est l'amplitude moyenne des mouvements?)
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5656
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Matthieu » mar. 3 déc. 2013 14:33

J'ai oublié "sur une année". 5kms de crawl par semaine équivalent à 150 000 répétitions du mouvement sur une année. Je vais le corriger bientôt.
jaja63
Supporter
Supporter
Messages : 1289
Enregistré le : mer. 5 déc. 2012 21:47
Niveau : Plaisir de nager
Localisation : Puy-de-Dôme

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par jaja63 » jeu. 5 déc. 2013 22:03

Super bien l'article. Quand je l'ai lu, je me suis dit que c'était dommage qu'il ne se trouvait pas quelque part dans l'introduction du livre.

Parce que si je dois trouver un petit (tout petit) défaut avec la méthode c'est que je trouve que la relation entre nombre et fréquence des mouvements n'est pas suffisamment développée et que le processus pour y arriver n'est pas assez clairement explicité (vs. l'article). Cela fait que l'on peut vivre la recherche du nombre bas comme une (la) finalité.

Moi-même j'étais partie un peu dans cette optique puis les remarques de 2 MNS différents et un cadeau (le livre Swim Smooth) m'ont fait comprendre qu'il faut rechercher le geste efficace mais aussi "qu'il faut mettre un peu plus de fréquence". Ton article vient confirmer cette conclusion.
Frog
Supporter
Supporter
Messages : 442
Enregistré le : dim. 18 sept. 2011 13:07

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Frog » ven. 6 déc. 2013 08:40

Pour rebondir sur Swim smooth, et leur bouquin est très bon aussi, ils se posent un peu en rivaux de Total Immersion sur le fait de rechercher à abaisser à tout prix le nombre de coups de bras. Comme le mieux est l'ennemi du bien, ils ont remarqué que les nageurs qui cherchent à tout prix à diminuer leur nombre de coups de bras finissent par introduire des temps morts dans leur cycle et donc "sur-glissent" et plafonnent rapidement au niveau de la vitesse.
Selon eux, il y a deux types de crawl qui sont corrects mais bien distincts :

Le type "smooth", qui est un style de crawl long, avec peu de coups de bras et un battement de jambes puissant, adapté aux nageurs de grande taille, et à la natation en piscine. Le type smooth à un tempo plutôt lent, un retour aérien coude haut ou bras tendu mais avec un bon roulis.

Le type "swinger", qui est caractérisé par une haute fréquence de bras, un faible battement de jambes, un retour aérien par les côtés au ras de l'eau et bras tendu ou presque. C'est un type qui est adapté aux nageurs de petite taille, et à la nage en eau libre.

Bien sûr ce ne sont que des approximations, et ils dénombrent 4 autres types qu'ils considèrent comme incorrects car présentant des inconvénients importants.
C'est vrai qu'il est assez facile de se placer dans un type, et donc de savoir quels sont les points à améliorer, même si on est dans un type "correct".
Je recommande la lecture de ce bouquin. Après dès qu'on voit un nageur (ou soi-même) on le classe très facilement dans un type, c'est assez flagrant :)) .
Cela pour dire qu'ils combattent un peu le dogme actuel, et c'est probablement aussi une bonne chose de ne pas s'arcbouter sur le fait de réduire à tout pris les coups de bras.
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5656
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Matthieu » ven. 6 déc. 2013 20:54

Depuis la parution du livre, j'ai beaucoup d'échanges ce qui me permet d'affiner mon modèle et de repérer certaines erreurs dans l'entraînement des nageurs (malheureusement, ce sont souvent de vraies habitudes).

Dans SwimSmooth, il y a à mon avis une grande erreur, c'est l'absence de distinction entre l'étape 2 et l'étape 3 qui, sous un air de modernité, nous renvoie 50 ans en arrière. L'absence d'étape 2 est aussi la caractéristique des entraînement très traditionnels où il y a une partie technique et une partie "grosse série" pour développer les qualités physiques. Or, dès lors qu'on saute une étape, il y a de grandes chances que la nage n'évolue plus et que l'on stagne.

Ils analysent comme je le fais au début de l'article, qu'un style ample ne donne pas forcément les meilleurs résultats en compétition. Jusque là tout va bien. Pour ceux qui ont le livre, vous trouverez d'ailleurs page 91, un graphique issu d'une étude qui a été relayée par SwimSmooth.

La grande erreur est de dire : "il va falloir que vous nagiez fréquent en compétition donc préparez-vous et nagez tout le temps fréquent, sans temps mort". Je précise que je n'ai lu que le site, il y a peut-être plus de nuances dans le livre.

Sauf qu'à l'étape 2, on est souvent à vitesse moyenne. Or à vitesse moyenne, si on maintient la fréquence des mouvements, on fait par définition nettement moins de distance à chaque mouvement (environ 25%). Or pour ça, il n'y a que deux solutions, aussi mauvaise l'une que l'autre :
- avoir une moins bonne position ce qui va augmenter les résistances.
- avoir un mouvement moins propulsif ce qui est généralement le cas car on n'accélère plus le mouvement sous l'eau.
jaja63
Supporter
Supporter
Messages : 1289
Enregistré le : mer. 5 déc. 2012 21:47
Niveau : Plaisir de nager
Localisation : Puy-de-Dôme

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par jaja63 » sam. 7 déc. 2013 10:02

Matthieu a écrit :La grande erreur est de dire : "il va falloir que vous nagiez fréquent en compétition donc préparez-vous et nagez tout le temps fréquent, sans temps mort". Je précise que je n'ai lu que le site, il y a peut-être plus de nuances dans le livre.
Le livre va bien plus loin que le site et parle du besoin de trouver le juste milieu entre la fréquence des mouvements (stroke rate) et la longueur du mouvement (stroke length). Ils expliquent qu'il ne faut pas courir après un nombre de mouvement bas à tout prix car cela conduit souvent à l'utilisation de mauvaises solutions. Et pour aider le nageur à trouver les bonnes solutions, le crawl est décortiqué sous toutes ses coutures, photos et éducatifs à l'appui.

En revanche, et c'est là le défaut du livre à mon sens, on n'explique pas au nageur comment automatiser ses acquis. Le livre propose de faire des éducatifs et encore des éducatifs mais n'intègre pas un travail technique dans des séances en nage complète - du moins pas explicitement. Et compter ses mouvements sur des distances de plus en plus important est tout de même une bonne manière de savoir si l'on progresse, se stabilise ...

Au final, le livre Swim Smooth est un bon compliment à la Méthode pour ceux qui veulent décortiquer le crawl. Personnellement, ça m'a beaucoup aidé dans l'identification des mes défauts et comme le tout est très bien illustré j'ai mieux compris le livre que les explications de mon MNS. :ops:
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5656
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Matthieu » sam. 7 déc. 2013 12:15

Ce juste milieu ne peut être trouvé que lorsqu'on nage à vitesse de course (comme on le fait dans la période 7 du livre).
C'est un thème à développer à l'approche de la compétition et uniquement à partir du moment où la technique est déjà bien en place.
Aymar
Supporter
Supporter
Messages : 2119
Enregistré le : mar. 22 déc. 2009 20:44
Localisation : Morbihan

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Aymar » sam. 7 déc. 2013 14:11

Dans une lecture attentive de l'article, je comprends que je pratique les trois étapes en même temps, en raison de divers facteurs dont l'entrainement en club et les compétitions associées :

- Ma "capacité d'analyse" (étape 1) qui se développe depuis environ un an me permet effectivement de modifier ma nage de manière positive.
- Cette même capacité m'aide à mettre en oeuvre cette nouvelle technique lors des séries (étape 2), à condition de maintenir effectivement ma concentration. Cependant il n'y a pas vraiment d'automatisation de ma technique car celle-ci évolue en permanence. Ces évolutions résultent de sensations perçues lors de séries menées à plus grande vitesse ou intensité, sous la fatigue, lors des stages NPT, etc...
- Lors des compétitions, en l'absence d'automatisation je parviens néanmoins à conserver partiellement le contrôle de ma nage, toujours grâce à l'analyse des informations sensorielles. En effet ce contrôle est limité à moins de "paramètres" qu'il ne faudrait, en général limité à la fréquence et à l'amplitude, aux appuis, d'autres points importants dont le placement de la respiration étant subits.

La pratique des entrainements en club ne permet pas toujours de nager comme l'on le souhaite pour respecter ces 3 étapes. Pour éviter la bousculade dans la ligne d'eau il faut plus ou moins avoir la même vitesse que celle des autres nageurs (et nageuses). Travailler la technique à l'échauffement n'est possible ou efficace qu'en étant "opérationnel", c'est à dire relaxé, avec une respiration facile, etc... bref : échauffé ! Je nage avec des nageurs de mon niveau mais qui sont deux à trois fois plus jeunes que moi, je constate qu'à 20 ans l'échauffement n'est pas indispensable :siffle: Le reste de l'entrainement correspond bien à l'étape 2 (l'exemple de l'article est très représentatif), car je peux nager à mon rythme, même s'il se doit d'être plutôt soutenu. L'étape 3 est régulièrement mise en oeuvre en fin de séance.

Pour revenir au sujet : le nombre de mouvements, je les compte de temps en temps, généralement au début de la série et quand je ressens fatigue ou perte de technique. Globalement ce nombre change assez peu lorsque la vitesse varie, disons entre 18 et 20 alors que le temps au 100m peut varier de 1'35 à 1'55s. En compétition je n'ai jamais compté, l'esprit étant pleinement occupé à gérer une partie du reste. :siffle:
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5656
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Re: Article : faut-il compter ses mouvements?

Message par Matthieu » dim. 8 déc. 2013 19:46

Très intéressant Aymar. Effectivement, ces 3 étapes se chevauchent. Dans le livre, c'est l'intérêt de la "vitesse 1" (V1) notamment qui permet encore de modifier sa nage (étape 1) et de répéter pour automatiser (étape 2).

Je pense par contre que tu fais de l'automatisation sans la savoir :))
L'automatisation est un processus tout à fait normal, une adaptation du cerveau qui gère de mieux en mieux le mouvement (le mouvement automatique demande moins d'énergie au cerveau que le mouvement conscient). Par contre, ce processus d'automatisation ne se fait pas "d'un coup", il est progressif.

Par exemple, quand tu dis que ta nage change en permanence (ce qui est extrêmement positif), c'est quelque chose qui ne pourrait pas se faire sans automatisation. C'est uniquement parce qu'on a automatisé certaines choses que l'attention peut se porter sur d'autres.
Répondre