La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Thèmes abordés : vaincre la peur de l'eau, les bases de la natation (immersion, équilibres...)
Répondre
japhy
Supporter
Supporter
Messages : 526
Enregistré le : mer. 27 mai 2015 07:58

La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par japhy » mar. 23 avr. 2019 07:37

Bonjour,

je lis de plus en plus de sujets en rapport avec l'aquaphobie, et c'est sans doute plutôt une bonne chose, montrant que les gens se prennent en main et qu'il y a une offre plus importante qu'avant.
Mais j'ai quand même une question qui me turlupine depuis longtemps: l'aquaphobie est une phobie (ha ha) comme d'autres. D'autres phobies peuvent être gérées/traitées par un accompagnement psychologique, avec mise en situation du sujet avec sa phobie. En ce qui concerne l'aquaphobie, la mise en situation ce serait évidemment "aller dans l'eau x fois par semaine, faire ceci faire cela etc".
Pourtant je ne vois JAMAIS, dans ce forum, de référence à un accompagnement complémentaire par un psychologue. Bien sûr, le psychologue ne va pas à la piscine donc il faut bien un maître nageur. Mais même si bcp de maîtres nageurs ont des compétences en psychologie, voire un instinct pour ne pas faire de trucs idiots, c'est quand même pas exactement pareil si ? Je me demandais par exemple si les associations spécialisées dans l'aquaphobie faisait aussi un accompagnement psychologique "hors bassin" ?

J'espère tout de même que les gens n'ont pas "honte" d'aller voir un psy pour une phobie. Par ex moi j'ai le vertige (ça s'appelle l'acrophobie, c'est purement psychologique et ça n'a RIEN à voir avec les vertiges causés par des soucis d'oreille interne, je le précise car on lit souvent absolument n'importe quoi sur le sujet), je ne vais pas voir un psy parce que ce n'est pas une phobie très handicapante mais si un jour j'en éprouvais le besoin, je n'en aurais pas honte. Par contre, je me rends bien compte que c'est super cher l'accompagnement psy, là en plus avec les cours, j'imagine que c'est ça le frein. Mais je ne peux pas m'empêcher de me demander si la résolution du problème ne serait pas plus rapide (et donc moins chère au final !) si les deux volets, analytique et pratique, étaient utilisés...

Pour finir, petite anecdote : on a dans notre club une dame super motivée pour apprendre à nager, ça fait trois ans qu'elle vient, elle a manqué se noyer DEUX fois dans des vies antérieures, donc elle a encore très peur de lâcher le mur etc. Par contre, elle a appris à nager plutôt bien le long du bord du grand bassin, la brasse, et là elle apprend le crawl. Elle a du mal à nager "au milieu" de la piscine, elle ne veut quasiment jamais, et puis un jour voilà ce qui est arrivé :
notre coach devait passer un oral pour un module "organisation d'évènements", et il s'est un peu entraîné avec nous pour organiser des cours de crosswim (d'ailleurs on a bien rigolé). Et là, la dame, qui était toujours celle qui nage mal dans la tête des gens, même s'ils sont généralement bienveillants, elle est sortie de l'eau, et elle nous a fait 20 pompes d'affilée, sur les pieds, les doigts dans le nez (si je puis dire). Donc admiration de tout le reste du groupe, surtout des filles qui faisaient leurs pompes sur les genoux, dont moi, ha ha.
Et là la dame retourne dans l'eau, se met LOIN du bord et nous nage toute sa longueur sans sourciller. Ebahis on était.
Ma théorie c'est que sa séance de pompes lui avait peut être redonné confiance et la patate. La théorie du coach est pas con non plus, il se demandait si le fait de s'être fatiguée sur gainage et pompes ne lui avait pas levé des inhibitions psy. C'est pas con parce qu'il m'est arrivé plusieurs fois en montagne d'avoir terriblement le vertige sur des passerelles en début de rando, et plus du tout en fin de rando quand j'étais bien vannée. Bref, le psychologique a de multiples points d'entrée...
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5622
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par Matthieu » mar. 23 avr. 2019 12:06

Une excellente question qui n'a pas été beaucoup abordée sur le site.
Je me souviens d'en avoir parlé avec Jean-Pierre Boumati du Pied dans l'eau l'année dernière. Pour ne pas déformer ses propos qui me semblaient très justes, je vais lui envoyer un message.
nicolas34
Supporter
Supporter
Messages : 84
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 17:44

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par nicolas34 » mar. 23 avr. 2019 16:32

Question en effet très intéressante. Même sans parler d'aquaphobie cet aspect psychologique chacun peut en tenir compte. Personnellement j'ai pu me rendre compte qu'il se traduisait par un manque de décontraction quand je nage. Mon maître nageur m'interpellant en me disant "Nicolas détends toi...le crawl c'est pas la guerre". Crispation qui, à mon avis, handicape beaucoup plus que ce que l'on pense.
En tout cas même si la technique est super importante évidemment, elle n'explique pas tout.
Tadanobu
Supporter
Supporter
Messages : 306
Enregistré le : sam. 7 oct. 2017 21:59
Niveau : Petit poisson carré

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par Tadanobu » mar. 23 avr. 2019 17:08

C'est un peu compliqué en France (dans les autres pays, je sais pas), dans la mesure où on a tendance à traiter d'une phobie, seulement à partir du moment où elle est considérée (à commencer par le sujet) comme "très invalidante". Ce qui n'est pas vraiment le cas (à tort ou à raison) pour l'aquaphobie.
Ensuite, " l'aquaphobie est une phobie (ha ha) comme d'autres.". J'en suis pas sûr :lol: et je sais même pas si on a intérêt à traiter des phobies en groupe, et même, considérer que l'aquaphobie de Mr A est la même que l'aquaphobie de Mme B, ça me semble déjà pousser le dogmatisme un peu loin.

Bon bref. Un psychologue, c'est à la fois un généraliste et un spécialiste, à la tête d'un catalogue de missions TRES étendu. Dans le cas de l'aquaphobie, on est dans des cas "moins grave" où on a pas besoin d'un diplômé bac+6. Mais on peut se satisfaire (sans risque d'aller en prison pour exercice illégal de la médecine, youpi !) d'un moins-diplômé qui est par contre spécialiste de cette problématique.
Ogusta Val
Supporter
Supporter
Messages : 1504
Enregistré le : mar. 23 oct. 2012 16:46
Niveau : Reprise cool
Localisation : GAP 05

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par Ogusta Val » mer. 24 avr. 2019 12:35

Votre approche est en effet intéressante, mais comme ancienne aquaphobe, je crois qu'un psy ne m'aurait été d'aucun secours ;--)
A vrai dire, j'avais souvent envie de nager, j'en rêvais parfois, mais les séances piscines à l'école primaire (rares) et celles du collège ont ttes été une Horreur ! Je les ai très mal vécues.
A l'école primaire, on voulait nous faire sauter ds 4m d'eau et saisir une perche. Ma mère a tjs eu peur de l'eau, je n'étais pas éduquée à l'aimer. Il fallait se préserver la tête qd on lavait les cheveux, ne pas en avoir ds la bouche, je ne supportais même pas le jet de la douche sur le visage, alors sauter ds 4m d'eau... J'étais terrorisée. Je refusais l'exo, l'instit hurlait. Je m'accrochais au mur, je finissais ds les vestiaires avec une punition. Un jour, cette vieille chouette (je ne pense pas qu'elle savait nager) m'a poussée. Le MNS a du m'assommer pour me sortir du bassin, j'avais avalé pas mal de flotte :unhappy: et je n'ai jamais trouvé la fameuse perche. Bon, je n'avais pas de lunettes. Personne ne comprenait l'intérêt de ce petit outil ds les années 80.
Ensuite, évidemment, la chose a empiré. L'instit n'a jamsi recommencé et ma mère m'a fait dispenser de piscine pour aquaphobie.
Qd le mot a été posé je me suis considérée comme aquaphobe... Pas sûr que ce soit une bonne idée.
Au collège, le prof de sport, un fin psychologue lui aussi, voulait à tt prix me faire entrer ds le grand bain et nager avec du matos. Ceinture + planche et là c'était l'horreur, je me noyais, je ne parvenais pas à sortir la tête de l'eau à cause de la ceinture. C'est tout à fait normal, mais je ne le savais pas :unhappy: et personne ne songeait à me l'expliquer ou mieux à me le prouver. Personne n'a non plus songé a m'apprendre là où j'avais pied.
A l'âge de 15 ans environ j'ai eu un accident du à tte cette pédagogie lamentable. Il faut dire que qd j'avais pied je ne me sentais pas trop mal ds l'eau et j'avais tellement envie... L'envie de nager ne m'a jamais quittée. C'est peut-être pr ça que tt à si bien fonctionné par la suite. D'ailleurs, je crois que, comme vous le dites, on peut vivre av l'aquaphobie. J'en connais plein qui se portent très bien avec ça. Le pb c'est que moi j'avais envie de nager, de plonger, de filer sous l'eau, de faire de la planche à voile :pleure: C'est C- non ?
Bref, à 15 ans ds une piscine du Sud, un jeu était installé, de gros boudins flottants étaient placés sur l'eau et mes cousins s'amusaient à marcher dessus et à tomber ds le bassin. J'avais pied, il devait y avoir 1m de profondeur. Je mesure 1m46. J'ai tenté le coup et évidemment je suis tombée. Mes pieds touchaient le fond, mais j'étais allongée et je ne pouvais me redresser, je buvais des tasses et je flippais.. Puis le trou noir. Je me suis réveillée ds la voiture des pompiers. On ne m'a pas conduite aux Urgences car finalement j'ai suffisamment évacué tte l'eau et je respirais correctement.
Cet épisode a tt de même constitué un traumatisme suffisant pour me tenir éloignée de tte tentative pdt des années.

Bref, tout ça pour dire que je savais très bien d'où venait mon aquaphobie. Des erreurs de pédagogie et une crainte familiale, je dirais traditionnelle. Je suis une gamine des montagnes, or les torrents y sont plutôt dangeureux et l'eau est mal vue par les gens en général. Ma mère a peur même sur un ponton. Elle dit que l'eau l'attire... Moi aussi, elle m'attirait cela dit, mais pas de la même manière :ops:
C'est un MNS également prof de sport (comme quoi...) qui m'a libérée de ma trouille. J'avais 24 ans. Il m'a appris d'abord a apprivoiser les sensations tjs en ayant pied. La sensation de mettre la tête ds l'eau, d'avoir les jambes qui flottent, de s'appuyer sur l'eau pr se redresser et puis de filer en se poussant au mur etc :ouah
Ce fut une des plus belles découvertes de ma vie, je la souhaite à tout le monde car ceux qui ont appris enfant ont sans doute oublié mais pas moi ;--)
Je ne pense pas qu'un psy aurait pu me montrer tout ça.
Par contre, je crois qu'être intervenant sportif ds un milieu aquatique dde une certaine empathie et une petite formation en psycho peut-être...
Avec une pensée émue pr David qui m'a offert le milieu aquatique :love: et pr tous ceux qui m'en avaient bien éloignée avant lui :unhappy:

Pour info, je ne pense pas avoir encore des vélleités d'aquaphobe quoique...
Je n'aime pas trop l'eau vive genre rivière rapides en kayak, ni les grosse vagues...
Je n'aime pas trop chuter ds l'eau (pourtant je plonge).
Là encore j'imagine qu'il faut apprendre tout ça avec qq1 de qualifié et de pédagogue.
Choisir c'est renoncer ...
et mon carnet : http://www.natationpourtous.com/carnet- ... arnet=7048
japhy
Supporter
Supporter
Messages : 526
Enregistré le : mer. 27 mai 2015 07:58

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par japhy » mer. 24 avr. 2019 13:43

Merci Ogusta pour ce long témoignage très documentée. ;--)
Ogusta Val a écrit :
mer. 24 avr. 2019 12:35
Bref, tout ça pour dire que je savais très bien d'où venait mon aquaphobie.
Alors je comprends ce que tu veux dire (je n'écris pas souvent sur le forum mais comme ça fait quand même lgtps que je te lis, je me permets de te tutoyer!). Mais par psychologie, je n'entends par uniquement la fameuse "révélation". Sans entrer dans des débats un peu idéologiques, je dirais même que je ne crois pas du tout au pouvoir guérisseur de la révélation, qui voudrait que l'on soit guéri à partir du moment où on a identifié le noeud, la cause, ou l'évènement du passé etc. Par contre je vois l'accompagnement psychologique en plusieurs volets, peut-être un peu de découverte mais aussi un rééquilibrage des émotions, des pulsions, en mettant en place de nouvelles façons de fonctionner pour mieux vivre, ou vivre plus libre, etc. Je ne doute absolument pas de la compétence des maître nageurs, c'est juste que parfois, lorsque je lis que ça peut durer des années, je me demande s'il suffit juste d'être patient ou si on peut compléter l'approche pratique par autre chose, EN PLUS, et pas en remplacement.

Ogusta Val a écrit :
mer. 24 avr. 2019 12:35
une crainte familiale
Je crois en effet que c'est quelque chose d'assez récurrent, souvent l'aquaphobie est transmise (faut-il "traiter" les parents ? Je plaisante :D ) et c'est très dommage.
Lorsque mon gamin était au collège, le prof de gym refusait les dispenses de piscine émanant des parents. Par dispense je ne parle pas des petites qui ne se baignaient pas une fois en passant parce qu'elles avaient leurs règles, mais des parents qui refusaient tout net que leur enfant aille à la piscine. Ce prof était très gentil mais il disait NON, car il partait du principe que c'était une très mauvaise chose d'avoir autant peur de l'eau (et de ne pas savoir nager) lorsqu'on habitait en bord de mer. Bon, je ne sais pas s'il avait tort ou raison (à l'époque je pensais qu'il avait raison), mais il était comme ça. Pour info, la plupart des petits hollandais apprennent à nager très tôt...à cause de l'omniprésence des canaux, y compris à la campagne.
Après, comme dit Tadanobu, il peut y avoir des quantités de "types" d'aquaphobie...
Tadanobu
Supporter
Supporter
Messages : 306
Enregistré le : sam. 7 oct. 2017 21:59
Niveau : Petit poisson carré

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par Tadanobu » mer. 24 avr. 2019 15:42

( post pas sérieux)
Je pense que si ça prend plusieurs années à un MNS pour résoudre un problème, ça prendra plusieurs siècles à un psy, qu'il soit psychologue, psychiatre, psychothérapeute, Freudien, Lacanien, Gestalt, abonné à Psychologie Magazine... pour y arriver ou pas.
Je sais de quoi je parle, je vis sous le même toit qu'un psychologue WurstGestalt tendance Dalmatien.

Plus sérieusement... on peut travailler sur soi sans avoir tout un fatras de dogmes, de théories et de "maisons" concurrentes, qui éclaircissent certaines notions qui sont latentes en nous, et qui en obscurcissent et limitent d'autres. Doit on faire appel à un psychologue (humain ou canin) ou être son propre psychologue. Doit on d'ailleurs poser des questions sans points d'interrogation quand on n'attend pas de réponse. Pourrais je par respect pour mes lecteurs rester sérieux pendant tout un post.
japhy
Supporter
Supporter
Messages : 526
Enregistré le : mer. 27 mai 2015 07:58

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par japhy » mer. 24 avr. 2019 17:03

Justement, et pour rester un peu dans le mi-sérieux, il existe maintenant des méthodes et protocoles sans aucun dogme mais enseignées dans n'importe quelle fac de psycho qui se respecte, qui sont beaucoup plus courts et rapides que "des siècles".
Tendance lévrier donc, plutôt que dalmatien. ;--)
Parce que les gens qui ont besoin d'un petit coup de pouce ponctuel pour apprendre à s'aider eux-mêmes (et il y en a, c'est comme ça) n'ont pas toujours ni le temps ni l'argent pour des protocoles chronophages et porte-monnaie-phages.
Mais je ne cherche pas à convaincre, je me pose la question parce que je trouve ça troublant.
Syrella
Messages : 19
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 21:37

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par Syrella » jeu. 25 avr. 2019 22:09

Intéressant comme question. Presque ancienne aquaphobie, j'avoue y avoir pensé à une période où j'ai eu l'impression que cette peur ne voulait pas me quitter. Un jour, inquiète de ne jamais réussir à nager, mon mns m'a dit "t'inquiètes on va effacer le disque dur et le reprogrammer". C est tout à fait ça, on ne peut pas se défaire de dizaine d'années de peur de l'eau facilement, l'origine de ma peur je la connais : un mns à l'ancienne, un environnement familiale qui craint l'eau et le montre comme un élément dangereux...
Je me suis donc demandé si un psy pourrait me faire avancer plus vite, mais je ne voyais pas comment, j'ai même pensé à l'hypnose :lol:
Je me suis souvent demandé ce qui clochait en moi.... manque de confiance ? Oui manque de confiance en l'élément eau. Un élément complètement inconnu, que j'ai toujours crains et que je découvre à 48 ans. Donc il a fallu découvrir cet élément, le milieu aquatique tellement différent du milieu terrestre, et là je ne vois pas comment un psy aurait pu m'aider. Mon mns m'a fait expérimenter les sensations, les propriétés de l'eau....j'ai découvert que mon corps remontait à la surface, et que aller s'asseoir dans l'eau ce n'est pas facile.
Accepter de se laisser flotter, pour cela il faut aussi se sentir en confiance... autrement dit il faut que le cerveau intégre que ce n'est pas un élément dangereux, mais un élément agréable qui offre plein de possibilités qu'on ne connaît pas.
Le travail psychologique se fait parallèlement presque automatiquement.
Aujourd'hui j'adore aller à la piscine, je nage la brasse depuis un an, mais je continue les cours pour me perfectionner techniquement, et je veux nager le crawl et le dos.... C est sur que j'aurai pu arrêter sachant nager, mais je crois que c devenu une passion et que je deviens accro.
Ma crainte actuelle le grand bassin, même si j'ai peur, j'ai demandé à mon mns d'y aller :+ ça va pas être simple...mais ça va se faire.
Pour info, j'en suis à ma troisième année, mon mns me fait un forfait :-d , je précise je nage, je suis plus à l'aise mais pas complètement détendue. Après la technique à mon âge c plus compliqué, donc ça prend plus de temps...mais ´est un choix.

Voilà de mon point de vue et de mon expérience un psychologue n'aidera pas à gagner du temps, c ´est en faisantconnaissance,en prenant confiance dans l'élément eau, et en étant bien accompagné que l'on s'en sort.
Je trouve néanmoins cette réflexion,qui n'avait jamais été abordé vraiment intéressante.
Ogusta Val
Supporter
Supporter
Messages : 1504
Enregistré le : mar. 23 oct. 2012 16:46
Niveau : Reprise cool
Localisation : GAP 05

Re: La place des psys dans le "traitement" de l'aquaphobie ?

Message par Ogusta Val » ven. 26 avr. 2019 13:35

japhy a écrit :
mer. 24 avr. 2019 13:43
Sans entrer dans des débats un peu idéologiques, je dirais même que je ne crois pas du tout au pouvoir guérisseur de la révélation, qui voudrait que l'on soit guéri à partir du moment où on a identifié le noeud, la cause, ou l'évènement du passé etc.
Moi non plus ;--) Pr info, et suite à qqls pbs de jeunesse, on a longtemps cherché "révélation" là où il n'y avait rien. Une perte de temps et d'argent.
D'ailleurs ne serait-ce pas le contraire. Perso, qd on m'a taxée d'aquaphobe, je le suis devenue. Gamine j'essayais tt de même des choses, je mettais le visage ds l'eau par exp. Ado, je disais simplement que j'avais peur.
Syrella a écrit :
jeu. 25 avr. 2019 22:09
je veux nager le crawl et le dos.... C est sur que j'aurai pu arrêter sachant nager, mais je crois que c devenu une passion et que je deviens accro.
J'ai commencé comme ça moi aussi. En réalité qd j'ai rencontré mon premier MNS, donc celui qui m'a guérie de l'aquaphobie, il y avait un gars qui nageait le cra. wl en faisant des virages culbute ds la piscine. Qd David m'a ddé comment je me voyais en "nageur", ce que je voulais parvenir à faire ds l'eau, je lui ai montré le gars et je lui ai dit : "Ben ça ! Ce serait bien" Il a rigolé.
Je nage les 4 nages et je fais la culbute en crawl. Bon, ce n'est pas parfait, loin de là mais j'ai largement les capacités de le faire :)) Comme quoi tt est possible.
Enjoy :))
Choisir c'est renoncer ...
et mon carnet : http://www.natationpourtous.com/carnet- ... arnet=7048
Répondre