La part des membres inférieurs dans la propulsion

Thèmes abordés : Apprentissage ou perfectionnement du crawl, de la brasse, du dos, du papillon, des départs, des virages...
Répondre
MorganB
Messages : 1
Enregistré le : jeu. 26 mars 2020 22:20

La part des membres inférieurs dans la propulsion

Message par MorganB » jeu. 26 mars 2020 22:28

Bonjour à tous,

Quelles sont les parts respectives (de manière approximative bien-sûr) des jambes et des bras dans la propulsion selon les quatre nages et selon les niveaux suivants :
-haut niveau
-confirmé
-débutant

Quelles sont également ces parts dans la coulée de brasse qui voit les bras participer davantage sur le cycle complet et unique autorisé?

Merci de votre attention!
aymeric
Supporter
Supporter
Messages : 414
Enregistré le : mar. 10 nov. 2015 17:59
Niveau : patauge

Re: La part des membres inférieurs dans la propulsion

Message par aymeric » ven. 27 mars 2020 16:59

Il est toujours complique de donner une reponse, cela ne va pas toujours dependre du niveau du nageur mais aussi de leur capacites athletiques. Les bras en soit n'ont pas une grande force de propulsion ils sont majoritairement la surface de propulsion. Ce sont les muscles du dos et du torse qui travaillent le plus.
Je dirais: Papillon 60% haut du corps, 40% jambes
Dos: 70-30
Brasse: 40-60 a 20-80 selon l'efficacite des jambes
Crawl: 70-30 a 100-0 selon l'inefficacite des jambes :D
Pour ce qui est de la coulee, le haut du corps aura environ 20-30% car la propulsion la plus efficace se fait a la poussee au mur, les mouvement de jambes et de bras aident a garder la vitesse acquise lors de la pousee.
Quel est l'interret pour toi de connaitre ces informations?
Avatar du membre
Tadanobu
Supporter
Supporter
Messages : 361
Enregistré le : sam. 7 oct. 2017 21:59
Niveau : Moussambani

Re: La part des membres inférieurs dans la propulsion

Message par Tadanobu » ven. 27 mars 2020 17:36

Oui, je pense qu'on peut tous rester vagues, déjà parce qu'il est difficile d'isoler, ensuite parce que c 'est extrèmement variable suivant (la direction du capitaine et l'âge du vent), enfin on n'a pas de vrai système de mesure. Donc c'est un exemple parfait de "Et si..." invérifiable.
En crawl: haut du corps très majoritaire. Jambes pas "zéro" mais faiblement rentable en fond, très utiles en sprint - même si elles ne font pas la grosse aprt, elles peuvent faire la différence. En fond, on voit des disparités, en sprint, y'a aucun nageur de haut niveau qui peut se permettre de négliger ses jambes.
En dos: Pareil.
En brasse, je dirais que les jambes sont les plus importantes. A un niveau élite, je serais bien embêté de dire à quel point, j'ai du mal à "imaginer" la brasse en niveau élite. je sais que ça existe, mais comment ça fonctionne, mystère pour moi :lol:
En pap, j'ai pas d'avis... Je pense que pour le coup c'est extrèmement difficile de jauger qui fait quoi. Les bras font le gros du boulot "vers l'avant", mais qu'est ce qu'il reste sans les jambes ?

Dans la coulée de brasse, c'est bien la poussée initiale qui fournit le gros de la vitesse (à ce moment, les jambes font tout), le mouvement de bras va la prolonger (et à ce moment c'est lui qui fait tout), et ensuite la reprise de nage "normal". ce qui est sûr, c'est que si la poussée de bras est pas très efficace, il y a peu d'interêt à prolonger la coulée. Je dirais qu'à bas niveau ou niveau moyen, c'est peu rentable de prolonger la coulée de brasse.
Miclio
Messages : 173
Enregistré le : jeu. 18 janv. 2018 22:48

Re: La part des membres inférieurs dans la propulsion

Message par Miclio » sam. 28 mars 2020 12:33

D'après cette article la propulsion des membres inf apporte peu et je suppose pour de gens aux pied et chevilles souples.
viewtopic.php?f=3&t=10151

Je lis cette article trouvé en lien sur ce site et fouillant dans les sources :) :
http://www.scielo.br/scielo.php?pid=s15 ... xt&tlng=en
Je ne savais pas que en coulant les membre inf créent un couple qui tend à vouloir faire vriller le corps.

Le truc je pense c'est de trouver les bonnes position de jambes pour lutter efficacement contre la torsion que les jambes génèrent en coulant, limiter les forces de résistance à l'avancement, et maintenir une certaine horizontalité du bassin (via le balancier des jambes).
Bref tout ça en laissant le tronc travailler le plus librement possible... Du gâteau surtout quand on ajoute le calage de la respiration dans un rouli d'épaule correct :)

Avoir des membre inf qui laissent le tronc et les membre sup travailler dans un optimum d'efficacité ça semble déjà pas mal. Ajouter la propulsion je pense qu'il faut des pieds/chevilles très très souples. Les gens que je vois nager vite avec les membres inf seulement il me semble effectue des mouvement d'une trop grande amplitude. Je ne suis pas sûr que la reproduction de ces mouvement en nage complète accélère leur vitesse en sprint. Mon intuition me dit plutôt le contraire (plus le coût énergétique qui fait perdre la lucidité dans l’exécution à beaucoup).

Je fais très peu de battements, si je venais en faire plus (à la reprise... :pleure: ) ce sera pour faire un travail spécifique sur la ceinture pelvienne pour m'approprier les rotateur internes et externes de la cuisse et mieux comprendre leur liens avec la rétro et anté version du bassin. Bien fait (c'est comme tout) je pense que c'est aussi un exercice physique de qualité (pour peu que le travail soit sur le tronc (abdo/pelv).
Répondre