Les coups de bras en Crawl

Thèmes abordés : Apprentissage ou perfectionnement du crawl, de la brasse, du dos, du papillon, des départs, des virages...
Sub
Messages : 23
Enregistré le : jeu. 15 oct. 2015 18:33
Niveau : C3
Localisation : Tarbes

Les coups de bras en Crawl

Message par Sub » lun. 30 nov. 2015 16:34

Bonjour

J'ai du mal à comprendre cette histoire de coups de bras et comment cela se mesure. Est-ce qu'il faut utiliser les jambes ou pas, parce que sinon je traverse la piscine en 3 coups de bras, lol.

Bref, pour ne pas tricher, j'essaye de diminuer mon nombre de coups de bras mais à une fréquence précise (60bpm). Ainsi chaque amélioration se traduit forcément sur le chrono. Il me faut au moins 50 à 53 coups de bras pour traverser les 50m. Sachant que je mesure 1m86, cela me place dans les scores pas terribles mais bon avec mes bras "pattes de poulet", on va dire que c'est bien.

Est-ce qu'il y a des astuces ? Quels sont vos scores ?
Horry
Messages : 144
Enregistré le : ven. 24 avr. 2015 11:42
Niveau : C5

Les coups de bras en Crawl

Message par Horry » lun. 30 nov. 2015 16:41

Le score de coups de bras il peut être bas si tu cherches vraiment à nager en glisse.

Perso je fais 34 coups de bras quand je cherche vraiment à glisser, 32 c'est mon minimum (pour 1,80m) quand je me concentre à bien finir mon mvt de bras et quand je suis en forme.

Mais bon dés que je cherche à nager à un rythme un peu plus soutenu, sans pour autant faire du sprint, genre un 200m V2 ou V3, là je repasse à 38 coups de bras.

L'exercice qui m'a fait le plus progresser : c'est le crawl avec 2/3 mouvements de godille de la main quand ton bras est allongé devant, pour bien sentir l'eau, puis d'attaquer la traction, idem avec l'autre main sur le mouvement suivant, etc.... Là j'ai la vraie sensation de mes appuis.
abbyl75
Supporter
Supporter
Messages : 1421
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 14:58
Niveau : Ni vache
Localisation : 92

Les coups de bras en Crawl

Message par abbyl75 » lun. 30 nov. 2015 16:52

Salut,

C'est pas mal ta technique pour bien comparer des choses comparables!
Par contre 60 cdb /min me parait élevé. Mais bon on est tous différent donc peut être que pour toi c'est ton rythme naturel? En tout cas pour moi c'est plus du 50/min mon rythme naturel de fréquence!
Ce week end, mon entraineur m'a fait tilté sur un truc qui pour moi n'était pas du tout ce à quoi je pensais. Pour lui si j'arrivais à faire 16 cdb sur 25 m j’étais capable d'en faire 16 aussi en allant plus vite, ie avec une fréquence plus élevée. Et ainsi de suite en augmentant la distance.
Donc il nous a fait faire des 50 m où il voulait qu'on compte nos coups de bras, sur un rythme lent, moyen et vite. Il fallait que celui ci soit constant mais le temps devait diminuer au fur et à mesure. Le livre de la méthode de Matthieu fait travailler en ce sens, mais lui il y va plus progressivement que mon entraineur, qui nous hurlait dessus quand il y avait un coup de bras de +!!! :mrgreen:

Pour ma part l’éducatif qui m'a fait vraiment sentir le "bon geste" en + de celui qui t'a été indiqué par Horry qui est vraiment très efficace, c'est le crawl à un bras avec plaquettes en prenant soin de bien pivoter ses épaules.
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5635
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Les coups de bras en Crawl

Message par Matthieu » lun. 30 nov. 2015 17:13

Nager en modifiant volontairement la fréquence ou l'amplitude de ses mouvements doit normalement se faire en gardant une coordination normale (ce qui impose tout de même une petite discipline).

Donc théoriquement, si tu nages avec le moins de mouvements possible tout en maintenant une fréquence donnée, cela est équivalent à nager le plus vite possible en maintenant cette fréquence.

D'autres modalités sont possibles :
- nager à une vitesse donnée avec le moins de mouvements possible
- nager avec un nombre de mouvements donné le plus vite possible
- nager le plus longtemps possible avec une fréquence et une vitesse donnée

Je pense pour ma part :
- qu'à vitesse moyenne ou plus généralement inférieure à la vitesse de course, il est intéressant de s'entraîner à diminuer le nombre de mouvements en cherchant à améliorer sa position dans l'eau, sa propulsion et dans le but de commencer à automatiser ces points.
- qu'à vitesse de course, en essayant de ne pas trop dégrader sa nage, on peut chercher à améliorer sa coordination. Il est intéressant alors d'essayer de s'entraîner à augmenter sa fréquence de mouvements tout en gardant une bonne efficacité.
Sub
Messages : 23
Enregistré le : jeu. 15 oct. 2015 18:33
Niveau : C3
Localisation : Tarbes

Les coups de bras en Crawl

Message par Sub » mer. 2 déc. 2015 16:32

Ah ouais, pas mal ! rien que 38-34 coups de bras pour 1m80, cela fait 1m24-1m38 si coulée de 3m et donc une efficacité de 68% à 76% de ta hauteur, c'est plutôt excellent !

Moi je suis à 50%-55%. J'ai encore du boulot.

A priori mon rythme "naturel" serait aussi à 50bpm mais là, en ce moment, je préfère m’entraîner à 60bpm car ainsi un coup de bras = 1 seconde. Je n'ai même plus besoin de chronométrer. En plus, ça oblige à ne pas s'endormir.

Je vais essayer l'éducatif de la godille des mains et celui à un bras avec plaquette. On verra ce que cela donne.
Matthieu a écrit :Donc théoriquement, si tu nages avec le moins de mouvements possible tout en maintenant une fréquence donnée, cela est équivalent à nager le plus vite possible en maintenant cette fréquence.
Oui voilà. Et aussi, on ne peut pas tricher en glissant exagérément ou en battant des jambes car on est obligé de faire des coups de bras à chaque "bip" et donc ne reste plus comme solution qu'à les optimiser.
Matthieu a écrit : - qu'à vitesse moyenne ou plus généralement inférieure à la vitesse de course, il est intéressant de s'entraîner à diminuer le nombre de mouvements en cherchant à améliorer sa position dans l'eau, sa propulsion et dans le but de commencer à automatiser ces points.
- qu'à vitesse de course, en essayant de ne pas trop dégrader sa nage, on peut chercher à améliorer sa coordination. Il est intéressant alors d'essayer de s'entraîner à augmenter sa fréquence de mouvements tout en gardant une bonne efficacité.
Oui après c'est la fameuse querelle avec les cyclistes qui préfèrent mouliner vite pour faire les muscles que de pédaler lentement mais en force comme font beaucoup de débutants. Cependant, en natation, "mouliner plus vite" n'est pas forcément plus reposant pour les muscles alors je ne sais pas si cela fonctionnerait. Et en plus, il y a la technique à acquérir et donc à un moment donné, il faut prendre le temps de bien décomposer le mouvement sinon on fait n'importe quoi.

A mon avis, en augmentant la fréquence, on remue un peu plus la piscine mais on va pas forcément plus vite si la nage se dégrade trop. Il faut mesurer jusqu'à quelle fréquence on est réellement gagnant.
abbyl75
Supporter
Supporter
Messages : 1421
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 14:58
Niveau : Ni vache
Localisation : 92

Les coups de bras en Crawl

Message par abbyl75 » mer. 2 déc. 2015 21:30

Oui en effet la technique reflétée par l'amplitude primera toujours sur la fréquence en Nat' mais je pense qu'à un certain niveau, il faut travailler les deux! Et je viens de découvrir que je pouvais maintenir l'amplitude en nageant vite! C'est beau! :mrgreen:
Avatar du membre
Matthieu
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 5635
Enregistré le : dim. 31 août 2008 12:13
Niveau : Variable
Localisation : Val de marne
Contact :

Les coups de bras en Crawl

Message par Matthieu » dim. 6 déc. 2015 10:49

La limite de la comparaison avec le vélo est la complexité du mouvement en natation. La notion de rythme notamment est très importante. La succession de phases de relâchement, de prise d'appui et d'accélération sous l'eau est très particulière, d'autant plus en crawl où les deux bras seront sur des phases différentes.

C'est pour ça qu'à vitesse moyenne, ce sera souvent l'amplitude qui sera privilégiée car, même si c'est plus fatigant à court terme, cela permettra de s'entraîner à construire le rythme de ses différentes phases. Nager à 60 mouvements par minute à une vitesse nettement inférieure à celle de la course n'a pas beaucoup de sens car cela signifie une amplitude très faible avec un rythme très médiocre. A l'inverse, avec une fréquence faible, on peut apprendre à accélérer le mouvement sous l'eau, à bien relâcher son bras lors du retour aérien, etc.

A vitesse plus élevée par contre, on peut s'entraîner à coordonner ces différentes phases et à les enchaîner de façon plus efficace. Ce sont de vrais défis avec des difficultés que l'on sent bien dès que l'on accélère :
- maintien de l'accélération sous l'eau malgré une vitesse plus élevée
- prendre un appui efficace mais assez rapidement pour ne pas trop ralentir en immobilisant son bras longtemps devant.
- sentir le moment où l'on arrête d'appuyer sous l'eau et où on commence à relâcher son bras.
Ce sont vraiment des choses qui différencient l'excellent nageur des autres.

Donc à vitesse de course, il devient vraiment nécessaire de se poser la question de la fréquence. Par ailleurs, je pense que, pour cela, la bonne méthode n'est pas de se dire quelque chose comme "Je dois nager à une fréquence de 50 mouvements par minute parce que c'est ce que font les très bons nageurs sur ma distance". Il faut plutôt essayer d'identifier à partir de quelle fréquence, on commence soit-même à mouliner sans effet. On a tous en effet une fréquence limite à partir de laquelle augmenter encore le nombre de mouvements ne donne plus rien. C'est beaucoup plus profitable de partir de cette fréquence limite et d'essayer de la repousser petit à petit pour gagner un peu de temps. Je donne des exemples de cela dans mon livre dans les dernières périodes du plan d'entraînement.
abbyl75
Supporter
Supporter
Messages : 1421
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 14:58
Niveau : Ni vache
Localisation : 92

Les coups de bras en Crawl

Message par abbyl75 » lun. 7 déc. 2015 15:20

Je partage entièrement ton analyse sur le quand et le comment le travailler.
Matthieu a écrit : Donc à vitesse de course, il devient vraiment nécessaire de se poser la question de la fréquence. Par ailleurs, je pense que, pour cela, la bonne méthode n'est pas de se dire quelque chose comme "Je dois nager à une fréquence de 50 mouvements par minute parce que c'est ce que font les très bons nageurs sur ma distance". Il faut plutôt essayer d'identifier à partir de quelle fréquence, on commence soit-même à mouliner sans effet. On a tous en effet une fréquence limite à partir de laquelle augmenter encore le nombre de mouvements ne donne plus rien. C'est beaucoup plus profitable de partir de cette fréquence limite et d'essayer de la repousser petit à petit pour gagner un peu de temps. Je donne des exemples de cela dans mon livre dans les dernières périodes du plan d'entraînement.
A ce sujet et pour revenir sur ce que tu disais juste au dessus, cette fréquence limite, ie celle avec laquelle tu vas le plus vite tout en préservant ta technique et ton physique dans une certaine mesure, n'a rien à voir avec celle naturelle ou tu travailles très bien ton amplitude. C'était de celle là dont je parlais. En effet nager 200 ou 400m n'a rien de comparable avec nager 1500 à 3000m d'une traite et si on ne s'est pas entrainé à nager des 15x100 à cette fréquence, ce n'est pas le jour J qu'on va y arriver. En même temps ce n'est pas très grave, c'est juste que le temps mis pour le faire sera moins bon. C'était la nature de mon propos, mais c'est mieux dit quand c'est toi qui le dit!!! :mrgreen:
Et effectivement, ca peut etre 60 CDB/Min comme 50 ou 90! Pour moi c'est 60 pour l'instant!

Pour le parallèle avec le vélo, c'est une question que je me pose toujours dans l'apprentissage, sur ce qu'il vaut le mieux. En effet quelqu'un qui sera capable de tourner ses bras très rapidement mais avec une technique déplorable ne progressera t'il pas plus vite que quelqu'un qui a une meilleure technique mais qui est limité en fréquence. Même si j'ai bien compris que l'effort que devra déployer les deux va aller en augmentant significativement. Bref en gros qu'est ce qui est le plus dur à développer, en natation, la force ou la vélocité pour faire un parallèle même dans les terme de vélo?
philou67
Supporter
Supporter
Messages : 951
Enregistré le : ven. 12 juil. 2013 07:45
Niveau : a la quete du craal
Localisation : Krumm Elsass

Les coups de bras en Crawl

Message par philou67 » lun. 7 déc. 2015 15:55

Il me semble que là où il faut arrêter le parallèle entre vélo et natation, c'est que la technique de pédalage a un impact nettement moindre sur l'effort que celui de la technique de natation. Et donc, on gagnera toujours à avoir une meilleur technique qui permettra :
- d'une part de nager plus vite avec le même effort
- de progresser plus vite, car en diminuant les résistances, l'effort supplémentaire à fournir pour augmenter sa vitesse sera plus accessible.
Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance
Mon carnet d'entrainement
aymeric
Supporter
Supporter
Messages : 403
Enregistré le : mar. 10 nov. 2015 17:59
Niveau : patauge

Les coups de bras en Crawl

Message par aymeric » lun. 7 déc. 2015 16:46

abbyl75 a écrit : Pour le parallèle avec le vélo, c'est une question que je me pose toujours dans l'apprentissage, sur ce qu'il vaut le mieux. En effet quelqu'un qui sera capable de tourner ses bras très rapidement mais avec une technique déplorable ne progressera t'il pas plus vite que quelqu'un qui a une meilleure technique mais qui est limité en fréquence. Même si j'ai bien compris que l'effort que devra déployer les deux va aller en augmentant significativement. Bref en gros qu'est ce qui est le plus dur à développer, en natation, la force ou la vélocité pour faire un parallèle même dans les terme de vélo?
Que faut il travailler entre les 2? la coordination mon capitaine! c'est elle qui permettra d'allier les 2 à grande vitesse.
Quand tu parles d'apprentissage, adultes ou enfants?
Verrouillé