Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Thèmes abordés : vos entraînements, planification, santé, nutrition, préparations physique et mentale, blessures...
rocky
Supporter
Supporter
Messages : 103
Enregistré le : sam. 25 août 2012 01:32

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par rocky » mer. 15 mai 2013 20:43

Ogusta Val a écrit :Comme on m'a dit sur ce POST il faut lever le pied de temps en temps et c'est bénéfique
Ça dépend des cas je pense, là au contraire faudrait que je me booste sinon ça ne va pas le faire ;--) Si j'y vais pas à fond je ne fais rien du tout, et moins j'en fait et moins j'ai envie d'en faire :mrgreen: (donc oui paresse complète là :P )
Ogusta Val a écrit :Ce déplacer à la surface c'est déjà nager en fait.
Oui, c'est nager sans réfléchir, sans technique...
Le soucis lorsqu'on apprend une nage ou qu'on veut changer des trucs, c'est qu'il faut réfléchir en même temps à ce qu'on fait... et c'est méga super chaud, la surchage cognitive et toussa.
Ogusta Val a écrit :J'ai fait un tek av une copine un peu excessive et me suis retrouvée ds des situations stressantes où je me sentais très mal : fatiguée, effrayée et énervée. Je randonne depuis des années, depuis tjs en fait et bien j'ai dû arrêter, je ne savais plus marcher en montagne sur un sentier lambda sans développer une grosse angoisse.
Oui c'est un peu ça pour moi en ce moment (version angoisse de la technique de nage :/ )- mais dès les premiers rayons de soleil ça passera ^^
Leela
Supporter
Supporter
Messages : 1713
Enregistré le : mer. 4 avr. 2012 16:18

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par Leela » mer. 15 mai 2013 21:18

rocky a écrit :
Ogusta Val a écrit :Ce déplacer à la surface c'est déjà nager en fait.
Oui, c'est nager sans réfléchir, sans technique...
Le soucis lorsqu'on apprend une nage ou qu'on veut changer des trucs, c'est qu'il faut réfléchir en même temps à ce qu'on fait... et c'est méga super chaud, la surchage cognitive et toussa.
C'est bien vrai ça... en m'inscrivant en club je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas que la dépense physique qui fatiguait : apprendre des éducatifs, corriger ses défauts, mémoriser les instructions du coach, gérer son allure, maîtriser sa respiration... et que je n'avais pas prévu ça dans mon programme sportif général :roll:
du coup j'ai revu à la baisse les autres activités en attendant de trouver un rythme et de me sentir moins submergée.
Modifié en dernier par Leela le mer. 15 mai 2013 21:22, modifié 1 fois.
rocky
Supporter
Supporter
Messages : 103
Enregistré le : sam. 25 août 2012 01:32

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par rocky » mer. 15 mai 2013 21:22

Leela a écrit :en m'inscrivant en club je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas que la dépense physique qui fatiguait
C'est énorme comme ça peut vider de l'énegie, surtout quand ça se mêle à l'angoisse de ne pas réussir à faire ce qu'on veut. On peut ressentir ça aussi lorsqu'on est un peu en apnée, si on ne pense à rien ça glisse tout seul, et si on commence à réfléchir au fait qu'il faut tenir, c'est mort (en tous cas à un niveau débutant).
Leela
Supporter
Supporter
Messages : 1713
Enregistré le : mer. 4 avr. 2012 16:18

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par Leela » mer. 15 mai 2013 21:27

+1 :+

Mais à un niveau plus élevé ça reste vrai, par exemple en compet tu vois de très bon nageurs faire de véritables contre-performances car ils se mettent trop la pression.

Que l'optique soit le plaisir ou la performance, voire les deux, il semble que le lâcher prise soit le maître mot !
rocky
Supporter
Supporter
Messages : 103
Enregistré le : sam. 25 août 2012 01:32

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par rocky » mer. 15 mai 2013 21:42

Leela a écrit :Que l'optique soit le plaisir ou la performance, voire les deux, il semble que le lâcher prise soit le maître mot !
Oui, après c'est parfois difficile de lâcher prise en sachant que ça implique qu'on fasse "mal". J'ai essayé, et malgré moi je me mets à faire la liste mentale de tous mes défauts (ceux que je connais lol) , tout en sachant que ce n'est pas possible de tout changer en même temps et d'un coup.
Où alors il faudrait que je fasse de l'ultra-courte distance, 15 mètres avant de taper une crise de nerf, parce que c'est pas agréable de nager comme ça (et qu'en plus ça tire les bras XD)
Enfin bref, des fois ça échappe à la raison, réussir à lâcher prise ça ne se fait pas par la volonté (sinon ça ne serait pas du lâcher prise) - quand c'est comme ça il faut trouver LE moment (climat) qui décoince un peu, et ça ne se fait qu'en s'approchant des bassins.

Par contre si je ne m'étais pas fixé un minimum d'objectifs, je pense que j'aurais même lâché l'idée de nager. Pour le moment c'est pas trop le lâcher prise qui peut me permettre d'y retourner bizarrement. Après ça ça dépend sans doute des personnes.

Cela dit une petite pause avec de bons auteurs ne peut que vider l'esprit, et faire du bien ^^
valdes
Supporter
Supporter
Messages : 1750
Enregistré le : sam. 13 févr. 2010 12:44
Niveau : Swimming cool
Localisation : Saint Brieuc

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par valdes » jeu. 16 mai 2013 08:14

C'est assez rigolo @OgustaVal car on a de nombreux points communs : sauf que je ne fais pas de kayak et que je ne nage pas (encore) le papillon. Je connais un peu GAP, je connais plus Barcelonnette (ma frangine y emmène ses moutons à l'été du côté d'Allos).

Pour le club, je te rejoins. Je suis heureuse d'avoir rejoint le club de natation dans la ville où j'ai atterri (et où je ne me plais pas), mais je regrette mon ancien club de CAP. Avant ce club de CAP, j'en avais fréquenté un autre (celui de l'ASPTT) et je l'ai détesté. Il y avait un petit nombre de filles (pas beaucoup mais 2/3 suffisent pour pourrir un peu l'ambiance) qui n'arrêtaient pas de se la "péter" façon chrono. L'une d'elles m'a même plus ou moins poussé à me griller et à préparer un marathon après seulement 6 mois de CAP. Bien sûr, si j'avais été assez forte, j'aurais su dire non tout de suite, mais pas évident quand on veut s'intégrer ... Là, il a fallu que je me blesse, que je sois empêchée de courir, que j'ai mal (désagréable d'avoir le corps qui dit ouille dans l'effort) et limite que je déprime (comme le dit @Rocky) ... pour dire enfin NON (tu m'emmerdes !). Ensuite, on ne me contactait plus pour courir en groupe ...

Donc tu vois, des fois, les clubs c'est sympa, des fois ... hum hum hum. Mon 2ème club, c'était différent, c'était un club FFA avec de très bons coureurs, des loisirs, une école d'athé. Ca m'a donné envie de faire un peu de bénévolat et d'apprendre ce que c'est la piste, les techniques, etc. En fait, un jour, j'aimerais bien (tout en continuant à courir) faire du bénévolat dans une école d'athlé. Peut-être aussi en natation ... Se mettre au service des autres est aussi des fois extrêmement gratifiant.

La seule chose que j'ai faite et qui m'a toujours aidé, c'est la marche. Partout où j'ai été appelée à aménager, la première chose que j'ai faite : c'est trouver le club de rando et m'y inscrire. Plus facile pour moi, puisque j'ai tous mes mercredis. En général, dans les clubs de rando, les gens sont à la retraite. Il y a du -, mais aussi du +. Souvent, ce sont des gens très en forme et ... il n'y a pas de challenge. Et contrairement à ce que l'on croit, les retraités qui marchent, souvent c'est pas de la ballade, mais de la vraie rando : genre 30-35 km en journée ...

Mon rêve secret, ce serait de faire le chemin de Compostelle en marchant ...

Je ne me mets plus de pression pour mes résultats en CAP ou en natation. En CAP, je plafonne à 13 de VMA et à 51 ans, je n'ai plus d'espoir que cela progresse. Il faut être réaliste. Maintenir le niveau et faire de "la distance" (ultra) peut-être. En natation, j'ai sans doute encore une petite marge de progression (en plus moins de compétiteurs dans les catégories féminines C6 C7 C8 ...), mais des fois, ma trouille se repointe sans prévenir, alors j'en ai pris mon parti, l'apprentissage est un peu plus long pour moi et me demande plus de boulot. C'est comme ça. Ca ne m'ennuie pas.

Mon leitmotiv : lever le pieds avant d'être fatiguée. Car qui dit fatigue dit corps plus fragile et corps plus fragile des fois ça amène à la blessure et après la blessure c'est no sport pendant des fois assez longtemps. Alors maintenant, quand je suis fatiguée ou que je n'ai pas envie, je procastine en me disant que je travaille à ma forme de demain.

Allez bon courage @OgustaVal
La natation n'est dangereuse que lorsque l'on manque le mur.
Club des Saumoneaux
rocky
Supporter
Supporter
Messages : 103
Enregistré le : sam. 25 août 2012 01:32

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par rocky » jeu. 16 mai 2013 08:45

valdes a écrit :et limite que je déprime (comme le dit @Rocky)
Nop, c'était pas moi pour le coup de la déprime :pp (même si je suis dans une sorte de déprime natatoire)
valdes a écrit : Il y avait un petit nombre de filles (pas beaucoup mais 2/3 suffisent pour pourrir un peu l'ambiance) qui n'arrêtaient pas de se la "péter" façon chrono. L'une d'elles m'a même plus ou moins poussé à me griller et à préparer un marathon après seulement 6 mois de CAP. Bien sûr, si j'avais été assez forte, j'aurais su dire non tout de suite, mais pas évident quand on veut s'intégrer ... Là, il a fallu que je me blesse, que je sois empêchée de courir, que j'ai mal (désagréable d'avoir le corps qui dit ouille dans l'effort) et limite que je déprime (comme le dit @Rocky) ... pour dire enfin NON (tu m'emmerdes !). Ensuite, on ne me contactait plus pour courir en groupe ...
C'est dommage que ça se soit passé comme ça :( Après je ne sais pas si c'était leur intention, elles ont sans doute pensé que tu pouvais avoir envie de ça et que te motiverait de travailler en groupe (après je ne sais pas, je ne les connais pas).
Pour quelqu'un qui en aurait envie, ça peut juste signifier "tu peux le faire aussi, à force d'entrainement, de persévérance et de régularité".
A l'inverse des fois on conseil aux gens d'y aller tranquille-tranquille, de ne pas se mettre la pression, mais pour quelqu'un qui aurait envie de progresser etc, ça peut être démotivant. En gros le message pourrait être pris comme "laisse tomber, ça ne sert à rien, de toute façon tu ne peux pas". Alors l'intention de celui qui dit d'y aller tout doux n'est pas celle là non plus, juste c'est comme ça que ça pourrait être perçu.

C'est pour ça que pour moi l'idée de progression dépend du sens qu'on y met. Je crois que si Ogusta en avait l'envie, si ça avait du sens pour elle, elle serait tout à fait capable de faire mieux niveau temps/distance (après ça demande du temps), elle en a les capacités. Seulement, c'est pas obligatoirement ce qu'elle recherche, et elle pourrait n'y prendre aucun plaisir dans ce cas là.
Après ce qui est vrai aujourd'hui ne l'est pas nécessairement demain, les envies changent aussi.

edit: sinon pareil quelques points communs avec miss augusta, surtout l'age d'apprentissage. Du coup je lis surtout ses posts, avec agacement lorsqu'elle dit "j'ai appris tard alors je ne peux pas faire telle chose", avec joie lorsqu'elle a fait une bonne séance, avec malaise et tristesse lorsqu'elle est en doutes XD
valdes
Supporter
Supporter
Messages : 1750
Enregistré le : sam. 13 févr. 2010 12:44
Niveau : Swimming cool
Localisation : Saint Brieuc

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par valdes » jeu. 16 mai 2013 09:43

Hum @Rocky, on va dire que c'était des filles qui ne voulaient pas faire leurs sorties longues seules et qui avaient besoin d'un larbin (gogo comme moi). C'était prépa marathon de la Rochelle donc fin septembre-octobre-début novembre avec flotte.

Quand je demandais des explications, genre c'est quoi la VMA, comment on la calcule, c'est quoi la FC, comment on l'obtient, etc. donc le basique du vocable du coureur, on me faisait des réponses "yakafocon" ... Clair que quand on donne un objectif aux gens, sans leur donner la méthode et les moyens de l'atteindre, ... en général, on à 50% de chance de réussir (le coup de bol), 50% de chance de se planter ...

Donc c'était pas de la gentillesse mal comprise. Plutôt de l'intérêt pas vraiment bienveillant. Mais ce n'est pas grave, je suis restée 2 ans ensuite dans le 2ème club, pourtant de très bons coureurs licenciés FFA (avec des entraîneurs itou) et là, c'était très très sympa et j'ai énormément appris. Je regrette d'ailleurs de ne plus porter "le maillot" et de courir sous les couleurs d'un team (mais bon, je ne compte pas rester encore trop longtemps là où je suis).

En natation, c'est un peu différent. Déjà il y a moins de compétitions et il faut souvent passer par son club pour les faire. Donc j'imagine qu'il y a plus "l'esprit club". Du moins chez les masters. Perso, je m'étais donnée 5 ans pour maîtriser (imparfaitement) les 4 nages, la culbute, le plongeon. Ca va faire 4 ans que je nage. Il me reste encore le pap, la culbute, le plongeon à apprendre car pour l'instant, j'ai encore la trouille mais je ne désespère pas. Je travaille. Un pas après l'autre ...
La natation n'est dangereuse que lorsque l'on manque le mur.
Club des Saumoneaux
rocky
Supporter
Supporter
Messages : 103
Enregistré le : sam. 25 août 2012 01:32

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par rocky » jeu. 16 mai 2013 11:04

valdes a écrit : on va dire que c'était des filles qui ne voulaient pas faire leurs sorties longues seules et qui avaient besoin d'un larbin (gogo comme moi). C'était prépa marathon de la Rochelle donc fin septembre-octobre-début novembre avec flotte.
clair que ce n'est pas très sympathique là :?
valdes a écrit :Je regrette d'ailleurs de ne plus porter "le maillot" et de courir sous les couleurs d'un team (mais bon, je ne compte pas rester encore trop longtemps là où je suis).
Courage alors ^^ D'ici peu tu retrouveras sans doute un bon groupe avec lequel t'entrainer.
valdes a écrit : Perso, je m'étais donnée 5 ans pour maîtriser (imparfaitement) les 4 nages, la culbute, le plongeon. Ca va faire 4 ans que je nage. Il me reste encore le pap, la culbute, le plongeon à apprendre car pour l'instant, j'ai encore la trouille mais je ne désespère pas. Je travaille. Un pas après l'autre ...
Oui le tout est de trouver son rythme, ses propres objectifs, et d'essayer de s'y tenir.
valdes a écrit :En natation, c'est un peu différent. Déjà il y a moins de compétitions et il faut souvent passer par son club pour les faire. Donc j'imagine qu'il y a plus "l'esprit club". Du moins chez les masters.
On peut espérer. Après j'imagine que c'est comme pour tout, c'est un peu la loterie, ça doit dépendre des personnes qui y sont, des entrainements etc...
J'avoue que pour le moment je ne m'y risquerais pas, je me sens encore bien plus à l'aise dans une piscine vide (même si ça implique de n'avoir pas de conseils) que dans une atmosphère de groupe, le moindre truc de "travers" pourrait me faire sur-bugguer. Pour moi l'apprentissage est encore trop récent, et j'a encore trop de doutes (pas de manière rationnelle) sur ce que je peux faire pour réussir à m'adapter à la contrainte d'un entrainement encadré.
Ogusta Val
Supporter
Supporter
Messages : 1504
Enregistré le : mar. 23 oct. 2012 16:46
Niveau : Reprise cool
Localisation : GAP 05

Re: Performance + plaisir = cocktail inconfortable

Message par Ogusta Val » jeu. 16 mai 2013 11:58

valdes a écrit :C'est assez rigolo @OgustaVal car on a de nombreux points communs : sauf que je ne fais pas de kayak et que je ne nage pas (encore) le papillon. Je connais un peu GAP, je connais plus Barcelonnette (ma frangine y emmène ses moutons à l'été du côté d'Allos).
Complètement et moi non plus je ne nage pas encore le papillon lol Je suis sûre que tu adorerais le kayak ça a bcp de points communs avec la cap et la nage surtout en eaux "plates" (lacs et/ou mer). Cet été je pars de Barcelonette et je rejoins Menton à la marche en traversant le Mercantour et la vallée des Merveilles.
valdes a écrit :La seule chose que j'ai faite et qui m'a toujours aidé, c'est la marche.
Moi aussi, j'ai tjs adoré sauf après ma boulette de cet été ou mon accident en montagne en 2003. Tiens là aussi kayak et marche vont bien ensemble. Compostelle ne me déplairait pas non plus surtout la partie Collioure-Cadaquès. J'ai plein de rêves de marcheuse dont le Baïkal. :ange:

D'ailleurs pour retrouver la pêche, je comptais bien aller marcher ce we mais les printemps du sud sont tjs aussi pluvieux. On a eu un bel hiver il ne faut pas trop se plaindre.
rocky a écrit :C'est énorme comme ça peut vider de l'énegie, surtout quand ça se mêle à l'angoisse de ne pas réussir à faire ce qu'on veut.
Exactement le ressenti en cap. J'ai couru 13 ans au feeling. Ces derniers temps, à trop vouloir perfectionner je ne parviens plus à courir. Enfin, je cours c'est pas très compliqué mais me vide littéralement. J'ai régressé. Du coup "lâcher prise". Bon j'ai de la chance, j'y arrive bien.
Leela a écrit :en m'inscrivant en club je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas que la dépense physique qui fatiguait : apprendre des éducatifs, corriger ses défauts, gérer son allure, maîtriser sa respiration

N'empêche que le club est motivant. Sans regard extérieur on s'essouffle et on stagne forcément. Et tu as raison ça implique de changer un peu de rythme. J'veux apprendre moi aussi :triste:
rocky a écrit :si on ne pense à rien ça glisse tout seul, et si on commence à réfléchir au fait qu'il faut tenir, c'est mort
Perso je ne réfléchis pas trop à ma technique de nage (heu sauf en pap :lol2: ) et dernièrement ma MNS ma donné qqls conseils et levé qqls défauts sur les 2 autres nages. Du genre, en crawl je sors un pied de l'eau sur un battement et ça déséquilibre l'ensemble. Je ne nage pas assez en extension non plus, ma main devant s'enfonce av la fin de ma respiration. Bref, je nage le crawl (av défauts certes d'où ma lenteur surement) mais je fais 1km sans pb ds cette nage et j'y prends bcp de plaisir. Alors, je me concentre sur 1 défaut à la fois et tente de le supprimer. C'est ça de nager seul tout le temps. Il faudrait prendre environ 10 cours de perf par an.
Ça y est je ne sors plus le pied, je regarde un peu plus vers l'avant, tjs au fond mais pas sous moi disons 15cm devant et ça marche.

Rocky : tu nages plutôt bien non ? Alors pourquoi te mets-tu à réfléchir autant sur la technique tt à coup ? On a appris au même âge en effet et quasi ttes les nages. Sauf que moi j'ai zappé le papillon :siffle: Donc si tu trouves ma progression pas mal, la tienne l'est également. Je crois que si je me mets à réfléchir à ma méthode de nage, je vais avoir du mal moi aussi. Je te rassure, là théoriquement je suis au TOP en pap, je sais tout mais ds l'eau c'est autre chose :lol2:
D'ailleurs cette nuit je l'ai nagé à la perfection en rêve et pas ds l'eau ds l'air :yeah:

Valdès : tu as fait une compèt dernièrement non ? Et c'était bien. Ben moi, il y a 13 ans que je nage et je ne fais ni le pap, ni les culbutes (enfin pas tjs et pas impec) et je ne fais plus les plongeons. Je pense que si je m'y remets un peu je devrais les passer pas trop mal. C'était mon dada à une époque.

Par contre, vous avez raison sur un truc et merci de me l'avoir rappelé ça me donne la patate : la vitesse ce n'est pas du tout mon objectif ! Je m'en tape ! :pp J'ai un seul objectif cette année 2013 et ça prendra le temps que ça prendra : je veux nager le papillon lisse et cool avec une jolie ondul agréable et tran-quille mais assez longtemps. 50m au moins sans palmes. Oui je dois être malade. Et sans me cramer donc à 2 à l'heure doublée par tous les bourrins du bassin. :ouah
Choisir c'est renoncer ...
et mon carnet : http://www.natationpourtous.com/carnet- ... arnet=7048
Répondre