Représentations et vécus de l'entraînement structuré

Thèmes abordés : vos entraînements, planification, santé, nutrition, préparations physique et mentale, blessures...
Répondre
Avatar du membre
aquarelle
Supporter
Supporter
Messages : 1540
Enregistré le : sam. 8 juin 2013 21:42
Niveau : Flottaison au top

Représentations et vécus de l'entraînement structuré

Message par aquarelle » sam. 6 janv. 2018 09:10

Un sujet qui m'intéresse beaucoup: les représentations et les sentiments liés à la pratique sportive. Ici plus particulièrement autour de la pratique de la natation avec un entraînement structuré car je redécouvre un peu tout ça. Je suis curieuse d'avoir des retours car très peu de nageurs avec qui j'échange suivent un plan et la plupart semblent n'avoir connu cela qu'en cadre club. Comme il y a beaucoup d'aspects que je n'ai pas encore bien trié dans ma tête, j'ai fait une liste de questions qui peut vous donner des idées pour raconter votre expérience de l'entraînement structuré. Bien sûr, vous pouvez zapper des parties ou compléter sur des aspects que je n'ai pas abordé, faire des réponses monosyllabiques ou des pavés. ;--)

1. Si vous avez connu la pratique en club, comment avez-vous vécu l'entraînement structuré ? Est-ce pour en bénéficier que vous vous y êtes inscrit ? Aviez-vous en tête la démarche globale sur l'année ou découvriez-vous cela au fur et à mesure ?

2. Si vous avez toujours nagé en loisirs, avez-vous suivi des entraînements structurés ? Pourquoi ? Qu'est-ce qui vous a poussé à le faire ? Aviez-vous un objectif personnel ou avez-vous trouvé votre objectif dans celui visé par le programme ?
D'où vient votre programme ? S'agit-il de séances structurées indépendantes les unes des autres ou sont-elles intégrées dans un plan de progression ?

3. Si vous pratiquez la natation en loisirs actuellement et que vous suivez un plan d'entraînement, avez-vous des retours de d'autres personnes (nageurs, professionnels) sur votre entraînement ?

4. Si vous avez pratiqué en club et en loisirs, quelle(s) différence(s) a été pour vous de suivre un plan structuré dans ces deux contextes ? Vous êtes vous senti aussi "actif" et investi dans l'un ou l'autre contexte ?

5. Suivre un entraînement structuré est-il difficile pour vous ? Stimulant ? Réservé à une autre catégorie de pratiquant ? Indispensable ?

6. Suivre un plan vous a-t-il fait vous observer autrement que dans vos performances ? Pensées motivantes, démotivantes, attitude de compétition, sentiment de cadre, vécu de contrainte, peurs ou résistances particulières à certains moments, souffrance, plaisir, lassitude, sentiment d'appartenance, rigueur importante dans le suivi des consignes, sentiment d'évaluation, etc.

7. Si vous avez connu des interruptions dans votre entraînement, quelles en ont été les raisons ? Objectifs atteints ? Blessures ? Changement d'organisation ? Perte d'intérêt ? Envie de nager autrement ?

Si certains ont des ressources à partager sur le sujet je suis aussi intéressée.

Merci d'avance pour votre participation !

:poisson:
Avatar du membre
aquacole
Supporter
Supporter
Messages : 925
Enregistré le : lun. 22 sept. 2014 17:40
Localisation : Loiret

Re: Représentations et vécus de l'entraînement structuré

Message par aquacole » sam. 6 janv. 2018 14:59

Hou là là, quelle « vastitude  ;--) » dans cette question !
Je crois que je vais opter pour le pavé.
1er point : Au départ j’ai choisi de pratiquer en club pour me fixer un créneau à respecter.
Maintenant je participe à des compétitions, il est obligatoire d’être licencié.
Les entraînements sont établis par l’entraîneur, donc probablement structurés et progressifs, mais nous ne sommes pas informés sur ce point. Pour avoir été entraînée par plusieurs personnes différentes, j’ai pu constater qu’il y a différentes méthodes, mais je ne peux pas juger de l’efficacité des unes par rapport aux autres.
2 et 3 ) non concernée
4 et 5) Si je nage hors club sans établir de programme précis, je ne sais pas quoi faire, je m’ennuie et j’arrête très vite. J’ai toutefois du mal à le respecter, trouvant toujours des excuses pour modifier, alléger.
6) Le plan, pour autant qu’on s’astreigne à le suivre, pousse à persévérer malgré la fatigue et/ou la douleur. L’abandon est ressenti comme un échec. La réussite comme une fierté. Si le plan est établi par un tiers, ne pas le respecter équivaut à ne pas respecter la personne.
Le plan est supposé avoir une logique et un but, ne pas le respecter empêche d’atteindre ce but.La progression chronométrique demande des efforts que je suis bien incapable de fournir sans l’émulation du groupe et la pression de l’entraîneur.
L’entraînement structuré m’oblige à faire ce que je n’aime pas. Il en est de même pour la nage en groupe. Lorsqu’on doit faire une série de 20, avec un temps de repos fixe, on ne se pose pas de question. Les autres poussent derrière, et on a son petit orgueil...
7) J’ai eu par le passé quelques interruptions, à la suite d’opérations chirurgicales, ou de périodes dépressives. A chaque fois j’ai repris avec plaisir.
Actuellement je sors de deux tendinites consécutives. Et cette fois, je n’arrive pas à reprendre. Je ne retrouve pas mes sensations, et les performances sont catastrophiques. De plus, le groupe de nageurs a changé et l’ambiance est beaucoup moins amicale. Et avec l’âge on a plus de mal à retrouver son niveau antérieur.
Je pratique la natation comme sport. J’endure la pénibilité des entraînements pour en voir le résultat lors des compétitions.. Donc soit je retrouve un niveau correct (pour moi, bien entendu), soit j’arrêterai de nager. Je n’aurais aucun plaisir à barboter une heure par semaine.
Ceci est un ressenti tout personnel qui bien sur respecte tous les autres nageurs, quels que soient leurs niveaux.
Faire du sport régulièrement permet de mourir en meilleure santé.
Aymar
Supporter
Supporter
Messages : 2068
Enregistré le : mar. 22 déc. 2009 20:44
Localisation : Morbihan

Re: Représentations et vécus de l'entraînement structuré

Message par Aymar » sam. 6 janv. 2018 16:14

Aquarelle, ton sujet est effectivement vaste et ouvert, mais les questions sont à l'opposé précises et fermées. Il y en a pour tout le monde :siffle: J'ai l'impression que la vrai question c'est la motivation.

J'ai nagé en loisir, puis en clubs (Master), suivi d'une interruption de 3 ans suite à une blessure, et à présent à nouveau en Master (4 "structures" différentes en tout).

Mes réponses aux questions sont proches de celles d'aquacole :siffle: . On nage en club Master parce qu'on s'ennuie en loisir ou en séance public. Une fois en club que l'on a choisi, il y a forcément une motivation liée à la structure : amélioration technique de la nage (nage plaisir, remise en cause permanente de ce que l'on croit), goût de l'effort (paradoxalement sur des séries éprouvantes ce n'est pas le physique qui entre en jeu mais surtout le mental), esprit de compétition (où l'on découvre que la natation n'est pas qu'un sport individuel mais aussi un sport d'équipe).

La natation ne se pratiquant pas dans une salle de réunion, l'entraineur n'a pas tout le loisir d'expliquer son approche, sa méthode, la progression de son entrainement au long de la saison (pas plus qu'un prof de lycée ou un moniteur d'auto-école d'ailleurs). Mais on peut toujours l'interroger ou constater. Un trimestre suffit pour assimiler les "règles du jeu", méthodes et principes de l'entraineur. Et dialoguer aussi, si je lui dit que j'ai envie de m'engager en dos ou en pap il en tient compte et me conseille et me fait nager dans ces spécialités dans le cadre de l'entrainement.
japhy
Supporter
Supporter
Messages : 526
Enregistré le : mer. 27 mai 2015 07:58

Re: Représentations et vécus de l'entraînement structuré

Message par japhy » sam. 6 janv. 2018 16:42

Sujet très intéressant aquarelle ! (et aussi très complexe )
Seuls les ponts 1, 4, 5 et 6 me concernent.

1) Un peu comme aquacole, je me suis avant tout inscrite en club pour le côté régularité obligée ! Et parce que je voyais bien que je ronronnais toute seule...autant je n'ai jamais eu besoin de club pour suivre des plans de course à pied, autant je ne me sentais pas suffisamment prête pour faire la même chose en natation, et en plus je me trouvais des excuses du genre "il y a trop de monde dans les lignes, je vais déranger etc" (ce qui n'est d'ailleurs pas un argument totalement fallacieux). Je ne connais pas la démarche globale des coaches, tout au plus ils nous disent "le mois prochain on fera de la vitesse/ ou des éducs".

4) la réponse à la question 4 découle de la 1, beaucoup plus investie en club !

5) indispensable pour faire des progrès, et aussi pour s'amuser davantage !

6) c'est la question que je trouve la plus intéressante, parce que c'est là que j'ai eu le plus de surprises. Je suis du style élève très disciplinée, donc je fais touuuut ce qu'on me demande, je ne resquille jamais et je suis presque toujours contente de faire ce qu'on me demande, même si c'est compliqué, même si c'est crevant, sauf peut-être quand on doit faire les culbutes, là je suis en train de faire un blocage psychologique, à résoudre l'année qui vient.

Donc "progrès", "cadre", "motivation", "rigueur", tous ces mots s'appliquent à mon expérience en club. Jamais de lassitude, parfois des attitudes de compétition (relative), ce qui ne me ressemble d'habitude pas du tout !

Mais l'entraînement en club m'a apporté bien d'autres choses encore et c'est ça que j'ai trouvé assez formidable car je ne m'y attendais pas du tout. Auparavant, il faut bien avouer que j'avais un peu, à la piscine, le jugement facile (dans ma tête): les tricheurs de longueur me saoulaient par exemple, ou ceux qui tiennent absolument à partir en premier alors qu'ils savent qu'ils sont plus lents. Ou bien je trouvais qu'untel ou unetelle était un gros frimeur, ce genre d'enfantillages.
Et en fait, au fil du temps, j'ai découvert plusieurs choses: d'abord j'ai appris la patience et l'indulgence. Bien obligée ! J'ai aussi découvert qu'on pouvait être plutôt bon dans une nage ou un éduc mais catastrophique dans une autre, et c'est pour tout le monde pareil ou presque, donc on a chacun nos défauts et nos qualités.
J'ai ensuite trouvé plein de qualités aux prétendus emmerdeurs/deuses. Et j'ai découvert que si je laissais tomber mes jugements on rigolait drôlement, et même parfois on se chambrait grave sur les défauts de chacun, mais en se marrant !
Cela vaut aussi pour les coaches, j'ai arrêté d'avoir une première impression sur eux, car elle s'est quasiment toujours avérée fausse ! Ils font tous de leur mieux, et ils sont tous sympas et nous apportent tous quelque chose, même ceux qui n'en ont pas forcément l'air tout de suite !
En résumé, j'ai cessé d'avoir des attentes, et j'ai fait confiance à tout, au programme, aux coaches, à la bonne humeur des uns et des autres, et tout se passe toujours au mieux, ce qui, pour moi, est une sacrée bonne leçon de vie ! J'ai donc fait des progrès dans mes relations sociales, ce qui n'est pas rien, en tout cas en milieu sportif, n'ayant jamais eu de "problèmes" dans les autres contextes de ma vie. Mais il faut croire que je ne me sentais pas encore totalement légitime comme sportive, et que ces petites angoisses me faisaient me prendre la tête à propos des autres.

Tout ceci dépasse évidemment la pure structuration de l'entraînement, mais fait que je ne suis pas près de renoncer à la natation en club !
Avatar du membre
portocéan
Messages : 184
Enregistré le : dim. 3 août 2014 20:15
Niveau : C9 faible
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Représentations et vécus de l'entraînement structuré

Message par portocéan » sam. 6 janv. 2018 21:47

Personnellement, j’entame ma seconde saison en club... avant, je nageais seul avec un programme hyper léger... en fait, je nageais ce qui me plaisait. Bien souvent, la série un peu dure, elle était raccourcie... on se trouve toujours plein d'excuses... :)

Le fait de nager en club, c'est pour moi tout bénéfice... aussi bien côté technique que côté physique... j'arrive à suivre 2 à 3 séances/semaine sur 4 possibles.
Seul bémol : mes trois séances sont avec trois coaches différents... mais chacun a un peu son type d'entrainement.
Le lundi, on nage long en bassin de 50...
Le mercredi, beaucoup d'éducatifs et d'apprentissage de base (virages/plongeon/papillon)
Le samedi, c'est certainement l'entrainement le plus costaud et le plus varié... séries dures (pour moi bien sûr).

J'essaie de tenir ce programme les 6 mois d'hiver, avant de reprendre une demi saison de vélo... sorties de 50 à 150 km/jour et un voyage itinérant d'une petite semaine.

Cette bi-activité me va très bien...
Leela
Supporter
Supporter
Messages : 1633
Enregistré le : mer. 4 avr. 2012 16:18

Re: Représentations et vécus de l'entraînement structuré

Message par Leela » dim. 7 janv. 2018 12:10

Entraînement structuré... c'est un peu redondant non ? ;--)

On peut nager sans plan d'entraînement, pour se faire plaisir, avoir une activité physique ou maintenir ses acquis.
Mais pour progresser une fois acquis un niveau minimum, il faut s'entraîner, donc structurer ses séances pour forcer le corps à s'adapter et à changer.

J'ai commencé à nager seule, pour le plaisir et avec des plans de séance rudimentaires mais rapidement, à enchaîner les longueurs sans objectif précis, j'ai commencé à m'ennuyer.
Puis je suis inscrite en club pour participer à des compétitions. L'entraînement est élaboré par l'entraîneur selon un cycle hebdomadaire et saisonnier, de façon à nous préparer aux grandes échéances. Suffisamment varié pour rester motivée, il est aussi difficile pour ne jamais rester dans ma zone de confort et de découvrir des ressources que je ne mobiliserais jamais sans cela. La natation est un sport parfois frustrant, qui demande beaucoup de discipline et d'assiduité, mais qui procure beaucoup de plaisir et de gratification quand on progresse dans sa maîtrise.
Répondre