Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Thèmes abordés : vos entraînements, planification, santé, nutrition, préparations physique et mentale, blessures...
Tadanobu
Supporter
Supporter
Messages : 205
Enregistré le : sam. 7 oct. 2017 21:59
Niveau : Petit poisson carré

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par Tadanobu » lun. 4 mars 2019 22:37

Alakazam a écrit :
lun. 4 mars 2019 22:10

La vraie question serait de savoir quel sport consomme le plus de calories. Et si vous voulez mon avis, dans le cadre d'une perte de poids, la vraie question est de savoir quelle est l'activité physique qui me rend heureux et que je vais pouvoir faire sur la durée :)
Ca c'est pas faux... faut vraiment pas se mettre dans des dispositions contriagnantes où on "se punit". Enfin, certains aiment peut être ça, perso diminuer mes apports nutritionnels ne marche pas pour moi: j'aime manger, je n'aime pas me restreindre, cà fait partie des trucs qui me rendent heureux. Je n'aime pas non plus faire des bilans et regarder des chiffres. Donc en particulier, "mon état général" et mon ressenti passent très, très loin devant le chiffre de la balance.
Par contre, quand j'ai commencé le sport à 40 ans, j'ai aimé bouger, pas forcément des très grosses séances, mais avec beaucoup de régularité. J'ai enlevé quelques mauvaises habitudes faciles à enlever, j'ai gardé les mauvaises habitudes qui me vont bien, et pour manger "j'ai du bol" je supporte très bien les pâtes et le riz de bonne qualité, les patates douces, les lentilles, les oeufs... en gros "le carburant facile à procurer au corps" et qui fait plaisir (attention, ça n'a jamais été ma seule nourriture, mais c'est particulièrement ça qui remplit le réservoir). Donc j'ai jamais eu le problème de ne pas manger assez même en période de "fort kilométrage". Ai je parfois trop mangé ? Jamais au point que ça me semble un frein... Pour un nutri ou un éducateur sportif, c'est probablement pas optimal, mais bon, 4 ans et c'est une routine agréable :lol:
Miclio
Messages : 94
Enregistré le : jeu. 18 janv. 2018 22:48

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par Miclio » mar. 5 mars 2019 10:28

La question de la diminution de l'apport calorique est plus compliquée qu'il n'y paraît. Le corps ne va pas taper dans les réserves graisseuses de la même façon fonction de l'alimentation (en qualité à calorie égales, nb les calories ça veut pas dire grand chose pour le corps) et aussi du rythme d'alimentation.
Une alimentation régulière empêche le corps de rentrer en période de jeûne physiologique pendant laquelle il convertit en énergie les réserves de graisses du corps.

Il y a aussi les gens qui veulent maigrir mais qui sont très biens. Le gras c'est pas "mal", "laid" ou je ne sais quoi.
Ogusta Val
Supporter
Supporter
Messages : 1467
Enregistré le : mar. 23 oct. 2012 16:46
Niveau : Reprise cool
Localisation : GAP 05

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par Ogusta Val » mar. 5 mars 2019 15:38

faut vraiment pas se mettre dans des dispositions contriagnantes où on "se punit".
Tu as raison mais courir me rend heureuse ;--) Nager aussi bien sûr sinon je ne serai pas ici. Du coup, je ne me suis pas posé la question, mais j'en ai vu tant et tant faire un sport pour maigrir et l'arrêter au bout de... 1 mois, 2 fois :siffle: Certains finissent par y prendre goût cependant, mais c'est tjs le plaisir qui créé la régularité ds un sport quel qu'il soit.
Choisir c'est renoncer ...
et mon carnet : http://www.natationpourtous.com/carnet- ... arnet=7048
stephaneT
Messages : 14
Enregistré le : ven. 11 mai 2018 16:40

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par stephaneT » mer. 6 mars 2019 15:25

Miclio a écrit :
mar. 5 mars 2019 10:28
La question de la diminution de l'apport calorique est plus compliquée qu'il n'y paraît. Le corps ne va pas taper dans les réserves graisseuses de la même façon fonction de l'alimentation (en qualité à calorie égales, nb les calories ça veut pas dire grand chose pour le corps) et aussi du rythme d'alimentation.
Une alimentation régulière empêche le corps de rentrer en période de jeûne physiologique pendant laquelle il convertit en énergie les réserves de graisses du corps.

Il y a aussi les gens qui veulent maigrir mais qui sont très biens. Le gras c'est pas "mal", "laid" ou je ne sais quoi.
Salut, aurais-tu une source scientifique pour cela ? J'ai souvent lu exactement le contraire, c'est à dire que le corps va plutôt chercher à consommer d'abord le carburant facile à renouveler et à exploiter - à savoir le glycogène musculaire- plutôt que taper dans les graisses qui sont beaucoup plus difficiles à consommer pour lui. C'en suit une perte de poids (forcément, le glycogène est stocké avec de l'eau) éphémère et un effet yo-yo pas vraiment escompté. ?
Miclio
Messages : 94
Enregistré le : jeu. 18 janv. 2018 22:48

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par Miclio » jeu. 7 mars 2019 07:51

BCP d'études ont été faite dans l'après guerre, sur le jeûne, les différents régimes dont gras, voire des trucs assez extrêmes. Les études les youtubers sérieux en site (c'est souvent en anglais).
Je te retourne la question tu as des études qui montrent que les hommes ont besoin de tant de sucres dont lents dans des proportions aux quelles les générations précédentes n'avaient pas accès. Ou des études (indépendantes )à qui montrent que les gamins doivent manger du sucre toutes les 3 à 4 heures?
Vu le lobby agro-alimentaire en France les pratiques ne vont pas changer. L'index glycémique sur tout les aliments je ne sais pas si ça se fera.
Le sucre c'est SUPER addictif, ça fait des produits qui se conservent bien, pour l'agriculteurs c'est facile(complètement mécanisable) et c'est grave plus rémunérateur que le maraîchage. Perso cela ne me paraît inutile à discuter, si le corps fonctionnait comme les vendeurs de bouffe industrielle le décrivent, on ne serait pas là pour en parler, d'ailleurs une part énorme de l'humanité ne serait pas là pour en parler non plus.
Sinon le glycogène est stocke énormément dans le foie aussi. Oui le corps utilise d'abord les ressources faciles, il va pas taper dans les graisses facilement voire il faut un temps certains avant que cela ce mettent en place.
L'alimentation des gens qui font du super fond évolue parce que ils sont sûr de vider leurs ressources en glycogène.

Mais bon pour monsieur, madame tout le monde, qui est pas à une semaine d'un marathon, et qui veut perdre un peu du poids, la diminution seule des quantités de bouffes c'est pet-être pas la meilleure option. Dans tous les cas il y a pas de formule magique si on remange trop on grossit + ou - moins.
Si le soucis c'est quelques kilo en trop pour qu'elle est en bonne santé, sportives, la solution c'est plus de s'accepter comme ça. IL y a certainement d'autres pistes d'amélioration pour s'améliorer dans une discipline ou son bien-être.
Modifié en dernier par Miclio le jeu. 7 mars 2019 13:01, modifié 1 fois.
Tadanobu
Supporter
Supporter
Messages : 205
Enregistré le : sam. 7 oct. 2017 21:59
Niveau : Petit poisson carré

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par Tadanobu » jeu. 7 mars 2019 08:24

Ogusta Val a écrit :
mar. 5 mars 2019 15:38
faut vraiment pas se mettre dans des dispositions contriagnantes où on "se punit".
Tu as raison mais courir me rend heureuse ;--) Nager aussi bien sûr sinon je ne serai pas ici. Du coup, je ne me suis pas posé la question, mais j'en ai vu tant et tant faire un sport pour maigrir et l'arrêter au bout de... 1 mois, 2 fois :siffle: Certains finissent par y prendre goût cependant, mais c'est tjs le plaisir qui créé la régularité ds un sport quel qu'il soit.
Le plaisir du 10km presque à fond ou du trail court, où à la fin tu ris bêtement sans pouvoir t'arrêter :+
stephaneT
Messages : 14
Enregistré le : ven. 11 mai 2018 16:40

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par stephaneT » jeu. 7 mars 2019 09:12

Miclio a écrit :
jeu. 7 mars 2019 07:51
BCP d'études ont été faite dans l'après guerre, sur le jeûne, les différents régimes dont gras, voire des trucs assez extrêmes. Les études les youtubers sérieux en site (c'est souvent en anglais).
Je te retourne la question tu as des études qui montrent que les hommes ont besoin de tant de sucres dont lents dans des proportions aux quelles les générations précédentes n'avaient pas accès. Ou des études (indépendantes )à qui montrent que les gamins doivent manger du sucre toutes les 3 à 4 heures?
Vu le lobby agro-alimentaire en France les pratiques ne vont pas changer. L'index glycémique sur tout les aliment je ne sais pas si ça se fera.
Le sucre c'est SUPER addicitif, ça fait des produits qui se conservent bien, pour l'agriculteurs c'est facile(complètement mécanisable) et c'est grave plus rémunérateur que le maraîchage. Perso cela ne me paraît inutile à discuter, si le corps fonctionnait comme les vendeurs de bouffe industrielle le décrivent, on ne serait pas là pour en parler, d'ailleurs une part énorme de l'humanité ne serait pas là pour en parler non plus.
Sinon le glycogène est stocke énormément dans le foie aussi. Oui le corps utilise d'abord les ressources faciles, il va pas taper dans les graisses facilement voire il faut un temps certains avant que cela ce mettent en place.
L'alimentation des gens qui font du super fond évolue parce que ils sont sûr de vider leurs ressources en glycogène.

Mais bon pour monsieur, madame tout le monde, qui est pas à une semaine d'un marathon, et qui veut perdre un peu du poids, la diminution seule des quantités de bouffes c'est pet-être pas la meilleure option. Dans tous les cas il y a pas de formule magique si on remange trop on grossit + ou - moins.
Si le soucis c'est quelques kilo en trop pour qu'elle est en bonne santé, sportives, la solution c'est plus de s'accepter comme ça. IL y a certainement d'autres pistes d'amélioration pour s'améliorer dans une discipline ou son bien-être.
Merci pour le couplet sur les vendeurs de bouffe, est-ce que c'était la question que je te posais ?

Je suis moi-même adepte d'une alimentation beaucoup moins sucrée, pas à l'extrême type Keto mais en limitant les sucres au maximum. Pour autant, je ne crois pas à une adaptation du corps en cas de jeûne où il irait puiser en priorité les graisses plutôt que les sucres. De plus, de mes lectures, le glycogène du foie sert à assurer une glycémie sanguine correcte, pas à carburer pendant un effort.
Imagine devoir courir deux heures à petit rythme : si tu as fait un repas correct la veille, même le midi, tu as largement de quoi courir 2h00 de plus en partant à jeun. Pour autant tu taperas très peu dans les graisses - beaucoup plus si tu t'es longtemps adapté à cette pratique - et tu finiras immanquablement en hypoglycémie si tu n'as pas alimenté ton foie en sucre. Il n'y a aucune incidence pour beaucoup d'entre nous, pour d'autres ça peut être pus grave.
Pour ma part je pratique souvent de cette façon le dimanche matin parce que je sais que j'ai l'après-midi pour me refaire.

Pour moi l'essentiel est d'adapter son alimentation à sa pratique sportive en visant au maximum des aliments sains et complets. Si ton entraînement va être intensif, assures-toi de disposer de réserves en sucres suffisantes et si tu veux forcer ton corps à s'adapter, alors il faut le faire en conscience et progressivement. Dire qu'en jeûnant on va taper dans les graisses n'est pas correct : limiter les glucides à certains moments cruciaux me parait plus indiqué. ;--)

EDIT : je suis tout à fait de ton avis concernant ton dernier paragraphe : diminuer les apports caloriques ne me semblent vraiment pas indiqué.
Miclio
Messages : 94
Enregistré le : jeu. 18 janv. 2018 22:48

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par Miclio » jeu. 7 mars 2019 11:41

Je ne voulais pas te prendre la tête sur le sucre et les marchands de sucres (même si toi tu sais d'autres peut-être non, la rentabilité à l'hectare, c'est drogues illégales, alcools et sucres sous diverses formes (faut voir le prix des hectares non exploités ou il y a moyen de planter du maïs au USA)).
Tu as l'air de connaître ton affaire, tu as pas besoin de conseil. Moi non plus, je suis loin de faire attention, mais j'espace mes repas surtout entre le coucher et mon premier repas de la journée.
J'ai vu personne (pas moi en tout cas) encourager à des formes extrême de jeûne, régimes ketogéniques extrêmes (svt mal fait), dissociés, ou des choses extrêmes de façon générale. etc.
Par contre on parle de sucre et de recommandations douteuses venant d'en haut qui laisseraient à penser que l'homme est une espèce d'hamster qui doit manger toutes les 3 à 4 heures sous peine d'hypoglycémie... et ce hors pratiques sportives... c'est surtout une fabrique à diabétique de type II et avant ça une machine à fric.
Le corps est prévu pour des périodes de jeûnes physiologiques, la nourriture tombe pas du ciel et nous n'avons pas évolué dans l’opulence c'est pour cela que entre autre en fin de nuit le corps libère du cortisol qui entre autres chose favorise la néoglucogénèse. Idem les repas à heures fixes c'est récent, qql millénaires seulement d'adaptation à l'agriculture.
Le terme "keto" etc est un abus de language parce que si un corps "normal" (qui suivrait la saisonnalité lié à la production de vivres) en période un peu creuse (en énergie facile) va être capable de créer du sucres à partir des triglycérides ils ne va pas forcément produire de corps cétoniques produits pas des processus biochimiques différents.

EDIT
Sinon si une personne X veut perdre qql kilo, idem ça paraît logique de ne pas faire ça au moment où on va produire de gros efforts, idem produire de gros efforts au moment de changements d'alimentation.
EDIT 2 en jeûnant tu tapes principalement dans les graisses, bien avant d'attaquer les muscles.
stephaneT
Messages : 14
Enregistré le : ven. 11 mai 2018 16:40

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par stephaneT » jeu. 7 mars 2019 13:50

Miclio a écrit :
jeu. 7 mars 2019 11:41

EDIT 2 en jeûnant tu tapes principalement dans les graisses, bien avant d'attaquer les muscles.
Encore une fois je serais curieux de voir où cet élément est mis en avant. Ça m'intéresse vraiment. ;--)
De mon ressenti, si tu jeûnes et restes allongé, tu vas taper dans les graisses. Si au contraire tu t'actives, alors le glycogène sera utiliser prioritairement : ton corps affaibli par le jeûne ne cherchera pas à taper les graisses là où le glycogène est disponible. Non ? ??? ???
Miclio
Messages : 94
Enregistré le : jeu. 18 janv. 2018 22:48

Re: Pas de perte de poids malgré des entraînements intensifs

Message par Miclio » jeu. 7 mars 2019 16:31

Le jeûne c'est long. En médecine jeûne physiologique (donc après la période post prandiale) c'est 8 à 10 heures de mémoire après le dernier repas. Avant ça certains processus ne se mettent pas en place.
Si le jeûne dure, il n'y a pas de mystère et à la fin tu meures lol. Les muscles consomment mais le cerveau est un assez énorme consommateur d'énergie. Il y a aussi le maintien de notre température qui pompe pas mal. Les muscles fournissent un bonne part de cette chaleur. La digestion aussi mais si jeûne. Perso il faut que je contrôle un peu mieux les fringales d'après piscine qui sont plus dues chez moi à la déperdition de chaleur qu'à la faim ou mais efforts (ces fringales sont là même lors de séances de papi de chez papi ).

Nb j'encourage pas au jeûne (c'est toi StephaneT qui a amené le sujet dans le topic) je dis juste que je mange trop, que on mange trop de façon générale et que le sucre est une cochonnerie addictive et rentable. Il y a aussi l'ajout de sel qui est assez criminel... A vrai dire je découragerais même les gens de jeûner sans prep, en addict au sucre ça doit être une torture et le corps est pas prêt en plus. JE vois plus ça comme un repos pour le corps et de de la détox en utilisant un mot à la mode.

Pour l'anecdote j'ai jeûné une fois 44h, après avoir diminué ma conso de sucre, j'ai repris pas tant du fait de la faim mais par envie. La recherche de plaisir et de satisfaction. Ces deux jours j'ai nagé plus de deux heures à bas rythme, sans soucis mais en conscience j'ai pas taper de sprint ou même tenter de monter dans les tours.
Le sucre dans les aliments c'est relativement en haut de la pyramide du plaisir.
J'ai voulu recommencer il y a peu et en fin de journée l'envie, la recherche de plaisir m'a convenu de me cuisiner un BON petit plat.
C'est une expérience instructive: comme on prend ses désirs pour des réalités, on prend ses envies pour de la faim. ON mange très peu par nécessité et on mange grave trop, moi pour sûr en tout cas.
Répondre