Nage en eaux libres : venez témoigner !

Thèmes abordés : triathlon, aquagym, bébés nageurs, water-polo, sauvetage, natation synchronisée...
Avatar du membre
Bolovar
Messages : 120
Enregistré le : lun. 14 mai 2012 13:01
Contact :

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Bolovar » lun. 27 juin 2022 13:54

En complément de @Frog qui nous a partagé son Défi Monte Cristo 5k du vendredi 24/06/22, voici mon retour sur le 6k du dimanche 26/06/22.

Température de l'eau annoncée à 23-24°C. Connaissant mes aptitudes à vite surchauffer dans une combinaison néoprène, je décide sans l'ombre d'un doute de nager en simple maillot de bain.
Au vestiaire, j'entends des échanges sur quelques méduses qui auraient été aperçues la veille, mais stagnant à 2-3 mètres de profondeur elles n'ont pas gêné les nageurs.
A l'embarquement, le bateau qui vient nous chercher revient du Chateau d'If où il a déposé des nageurs du 5km (1ère vague), dont le départ est 1h avant le 6km (2ème vague). 4 nageurs descendent de ce bateau, ils nous informent qu'il y a des méduses autour du château et qu'ils n'ont pas souhaité prendre le départ. Bon ... la présence de méduses se confirme.

Le bateau se remplit et part pour le Chateau d'If. Lorsque le bateau manœuvre pour accoster, je distingue 2 méduses proches du quai.
Une fois les 2 autres bateaux arrivés, le briefing commence et nous est annoncée la présence de méduses. Globalement le message était le suivant : il y a des méduses par endroit, pas partout ; ceux qui préfèrent ne pas prendre le départ peuvent remonter dans le bateau encore à quai, l'organisation prenant à sa charge le remboursement de la course.
Je ne prends pas le temps de regarder si certains remontent dans le bateau, je préfère rapidement me mettre à l'eau pour m'acclimater à la température de l'eau car l'attente même à l'ombre du château a fait chauffer les corps. L'eau est effectivement bien bonne et plutôt calme; cristalline, je vois plein de poissons et ... quelques méduses facilement évitables.
Tout le monde se rapproche des bouées matérialisant la ligne de départ, coup de corne de brume, c'est parti.

Je me trouve rapidement pris dans un groupe très compact, beaucoup de coups (involontaires) échangés, impossible de m'en défaire. A ce moment là, je veille surtout à ne pas me prendre un coup de pied dans le nez. Et au bout de quelques centaines de mètres, alors que je ne contrôle pas vraiment ma trajectoire du fait du groupe (nous partons trop à droite malgré les kayaks qui tentent de nous remettre dans le droit chemin), l'enfer commence ...

... grosse sensation de brûlure sur l'épaule gauche ... je connais cette douleur, c'est une méduse ... je relève la tête ... DES MEDUSES ... PARTOUT ... digne d'un film d'horreur, sur le fond noir de l'eau à cet endroit du parcours, des méduses apparaissent en quantité inimaginable, navigant entre 1 mètre et la surface, juste pour nous quoi ! J'entends des gens crier, de peur et/ou de douleur, je percute des nageurs qui s'arrêtent net devant moi, et me fais percuter pas ceux qui me succèdent. A gauche, à droite, des méduses tout autour de moi et des nageurs qui paniquent ! Au milieu de ce banc de méduses, je sens bien que je panique aussi, ma hantise en mer ce sont justement ces bêtes là, mais la pensée qui prend le dessus est de sortir au plus vite de cette mer**. Donc pas le choix je me remets à nager fort sur les bras et avec beaucoup de jambes, en priant intérieurement "pas le visage, pas le visage". Et là j'enchaine les piqûres : 1 sur le flanc droit ... puis une grosse sur la cuisse gauche ... encore à gauche cette fois au niveau du poignet, j'ai l'impression d'avoir une tentacule coincée dans le bracelet de ma montre tellement ça brûle... toujours plein de méduses devant moi, il faut continuer d'avancer mais je sais que je vais m'en reprendre et je m'y prépare mentalement ... ça y est, ça taillade à nouveau, piqûre au flanc droit puis à la cuisse droite ... ça brûle de partout. Finalement, sans trop être capable de dire combien de temps ça a duré, je constate être sorti du banc.

Adrénaline, peur, douleur, crispation, sacré cocktail qui enfume un peu mon esprit et mon corps. J'en reste pas moins conscient que ma respiration n'est vraiment pas top, que ma trajectoire non plus d'ailleurs, et que j'ai des débuts de crampes dans les jambes. J'essaye de me relâcher, de reposer ma nage avec une respiration 3 temps, mais c'est très dur avec tout ce que j'ai donné dans ce banc de méduses. D'ailleurs, est ce que c'est fini les méduses, ou est ce que ce n'était que le premier acte ?

Arrive la première bouée de virage au niveau du rocher des pendus ... à presque 150° ... retournons nous droit dans les méduses ? Mais ce segment pour aller passer entre les iles d'Endoume et Gaby se fait face à une bonne houle. Le vent s'est levé, et la houle avec. Je me concentre sur ma nage, ça me fait oublier les méduses. J'essaye d'augmenter la cadence de bras pour moins subir les vagues, j'y arrive un temps mais l'épisode méduses m'a bien entamé. Les vagues rendent difficile l'orientation, car je ne vois pas les bouées au loin. Pas le choix que de suivre bêtement les nageurs devant moi. J'en suis un, mais je constate qu'il est autant perdu que moi, et qu'il confond certaines bouées de signalisation avec celles de notre course ... bref on zigzague. Je passe entre les iles et commence le suivi de la côte. Je sens un petit coup de fatigue, j'avale le gel que j'avais glissé dans mon maillot. Psychologique ou pas, ça me rebooste un peu et j'arrive à reprendre un rythme de nage un peu plus soutenu. Côté brûlures des méduses, je sens toujours bien celle de l'épaule gauche et du poignet, ces 2 zones passant régulièrement à l'air. Je sens également celle de la cuisse gauche, comme si je m'étais pris une "béquille". Pour les autres qui restent immergées, l'eau de mer a fait son effet et a estompé la douleur. Je reste toutefois en alerte, mon placement de la tête n'est donc pas optimal du tout car je scrute beaucoup devant moi avec la crainte de voir réapparaitre de nouvelles méduses.

Sur cette phase, la houle est moins gênantes pour la nage, mais elle me fait régulièrement dévier vers la côte. Je dois en permanence corriger ma trajectoire grâce aux kayaks qui nous encadrent, car je ne vois les bouées que très tardivement à cause des vagues. Ce n'est également qu'au passage des portes que je retrouve d'autres nageurs, entre les portes on a tendances à s'écarter les uns des autres. Mais plus on se rapproche du dernier virage, et plus les trajectoires convergent. C'est alors que je me retrouve au côté d'un autre nageur, il a un rythme qui me convient bien ; je me dis que je vais rester avec lui jusqu'au virage, et que j'essaierai de le lâcher sur le dernier sprint. Lui ne l'a pas envisagé comme ça : je sens qu'il commence à changer de rythme, et à la vue de la bouée du dernier virage il met une bonne accélération ... je ne le reverrai plus.

A l'approche de la dernière bouée, je percute une nageuse complètement à contre sens. Le dernier virage étant à près de 170°, elle a du dévier dans son sprint final ... entre la fatigue et les vagues, c'est compliqué pour tout le monde. A mon tour je fais mon dernier virage et sprinte vers l'arrivée. J'aperçois des nageurs loin devant moi donc peu de chance de les rattraper ; je ne sais pas si d'autres me talonnent, alors j'essaie quand même de garder une bonne vitesse pour ne pas me faire dépasser. Je passe enfin sous l'arche, et bipe mon bracelet pour en finir avec cette édition. Au final, je n'aurai pas recroisé de méduses après l'épisode du banc au départ.

Une fois sorti, je constate une longue file d'attente au poste de secours propre à l'organisation ; beaucoup de nageurs couverts à divers endroits de mousse à raser ... ça a l'air d'être le traitement adopté ici. Mes 6 piqûres me brûlent, mais c'est tolérable, du coup je passe mon tour et laisse ma place à plus nécessiteux.
Toute le reste de la journée, je comparerais mes douleurs à celles de piqûres d'orties : désagréables, mais rien d'insupportable. Et à l'heure où j'écris ces lignes, traces toujours visibles sur la peau, aucune douleur mais zones encore sensibles au toucher.

Voilà, j'ai coché la case "banc de méduses" ... si Dame Nature peut m'éviter de le revivre, je suis preneur. Mais bon, c'est ça aussi l'eau libre, ça change du chlore et des petits carreaux. :+

EDIT : une des nombreuses vidéos qu'on peut trouver sur le net : https://www.instagram.com/reel/CfQ6TELFM8S
Modifié en dernier par Bolovar le lun. 27 juin 2022 15:47, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Frog
Supporter
Supporter
Messages : 477
Enregistré le : dim. 18 sept. 2011 13:07

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Frog » lun. 27 juin 2022 14:19

Bravo à toi Bolovar, pour ta course et pour le récit détaillé et instructif.
Dire que j'ai failli m'inscrire sur le dimanche finalement je préfère la houle que les méduses.
J'ai déjà croisé des méduses en m'entrainant mais pas de Pelagia, que des méduses inoffensives telles que les équorées ou les méduses chou-fleur.
C'est intéressant que tu compares les piqûres à des orties car je me demandais quel type de douleur ça fait, et si c'est gérable.
Cela dit vu leur nombre je comprends que certains nageurs aient paniqué.
Je crois que la panique est le pire qui puisse arriver à un nageur. J'ignore si j'aurais géré comme tu l'as fait.
Je me suis déjà fait piquer au genou mais sans pouvoir identifier la méduse.
Un copain qui a fait le 5K du dimanche a pris ce banc de méduses et a continué à nager aussi. Il était en maillot et a bien dérouillé aussi. Lui a été piqué à nouveau au niveau de l'île d'Endoume.
Il a trouvé la course éprouvante, et c'est un habitué pourtant.
Avatar du membre
Bolovar
Messages : 120
Enregistré le : lun. 14 mai 2012 13:01
Contact :

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Bolovar » lun. 27 juin 2022 19:12

Frog a écrit : lun. 27 juin 2022 14:19 Bravo à toi Bolovar, pour ta course et pour le récit détaillé et instructif.
Dire que j'ai failli m'inscrire sur le dimanche finalement je préfère la houle que les méduses.
J'ai déjà croisé des méduses en m'entrainant mais pas de Pelagia, que des méduses inoffensives telles que les équorées ou les méduses chou-fleur.
Nageant tous les étés en méditerranée, je croise souvent des Pelagia, mais dès qu'il me faut plus de 1 main pour les compter, je sors de l'eau direct et j'espère qu'elle seront parties le lendemain. En revanche je n'ai jamais croisé d'autres espèces (hormis des vélelles, qui sont régulièrement prises pour des méduses)


Frog a écrit : lun. 27 juin 2022 14:19 C'est intéressant que tu compares les piqûres à des orties car je me demandais quel type de douleur ça fait, et si c'est gérable.
Au moment de la piqûre, c'est quand même vraiment douloureux. Mais très rapidement (quelques minutes), là douleur s'estompe grâce à l'eau de mer (d'ailleurs en cas de piqûre, il est conseillé de rincer à l'eau de mer, surtout pas douce).


Frog a écrit : lun. 27 juin 2022 14:19 Cela dit vu leur nombre je comprends que certains nageurs aient paniqué.
Je crois que la panique est le pire qui puisse arriver à un nageur. J'ignore si j'aurais géré comme tu l'as fait.
Moi-même je n'aurais pas imaginer réagir comme ça, vu qu'habituellement dès que je vois 4-5 méduses je sors de l'eau. Mais là en pleine mer, je n'ai pas eu l'impression d'avoir à choisir une solution, la seule qui s'offrait était d'avancer pour s'en sortir. Je n'ai pas imaginé un seul instant rester sur place au risque de me faire encore plus piquer, je voulais juste m'éloigner de ces méduses le plus vite possible.


Frog a écrit : lun. 27 juin 2022 14:19 Je me suis déjà fait piquer au genou mais sans pouvoir identifier la méduse.
Un copain qui a fait le 5K du dimanche a pris ce banc de méduses et a continué à nager aussi. Il était en maillot et a bien dérouillé aussi. Lui a été piqué à nouveau au niveau de l'île d'Endoume.
Il a trouvé la course éprouvante, et c'est un habitué pourtant.
Je plains ton ami. Content pour ma part de ne pas avoir recroisé de méduses sur le reste du parcours.
C'était mon 2ème DMC 6km en maillot (*), autant celui de sept-2021 était un pur plaisir, autant celui-ci était très éprouvant, c'est le bon mot effectivement.



(*) : j'en ai fait également 4 (5km) en combinaison néoprène, mais j'avoue que je ne compare pas, car c'est vraiment une autre expérience de n'avoir aucune aide à la flottaison. Loin de moi de minimiser la nage avec combinaison ; d'ailleurs sans combinaison, je n'aurai probablement jamais osé me lancer sur ce genre d'épreuves. Mais franchement, qu'est ce que c'est grisant de finir ces courses en simple maillot de bain à 20€ au milieu de combinaisons à plusieurs centaines d'€ :mrgreen:
Avatar du membre
Bolovar
Messages : 120
Enregistré le : lun. 14 mai 2012 13:01
Contact :

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Bolovar » mar. 23 août 2022 18:30

Nouveau témoignage d'une petite sortie en mer début août : un aller/retour entre la plage du Lavandou et celle d'Aiguebelle.

Sortie réalisée en autonomie avec tout dans la bouée : ravitaillement, mais aussi plan B au cas où j'aurais eu besoin de rentrer à pied (tongs, tshirt, ...) ; en mode détente, donc 30min d'arrêt ravitaillement sur la plage d'Aiguebelle. Mais toujours avec l'aide d'un ami kayakiste qui assure ma sécurité et ma visibilité (surtout lorsqu'il s'agit de traverser le chenal du port du Lavandou ...).

7.8km au total, 2h25min de nage dans une eau à 27°C (beaucoup trop chaude, je me croyais en piscine :mrgreen:)
Trajet aller tranquille sur mer plate et sans vent : un régal.
Trajet retour un peu plus compliqué, avec vent et clapot qui gênaient bien ma nage, notamment avec la bouée qui me revenait tout le temps dans les bras :unhappy:

Image
Avatar du membre
Frog
Supporter
Supporter
Messages : 477
Enregistré le : dim. 18 sept. 2011 13:07

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Frog » mer. 24 août 2022 14:05

Bravo, jolie sortie :+ ! L'eau a été particulièrement chaude cette cette année, comme tout le monde l'a constaté.
J'ai même nagé dans la Manche début août à 22° !
Début août aussi, cette fois en Méditerranée, un soir j'ai nagé ou plutôt barboté dans une eau que j'ai mesurée avec mon thermomètre électronique à 29,8°, du jamais vu, pas agréable du tout en fait, voire même carrément inquiétant.
Heureusement depuis le Mistral est passé par là et on retrouve un 21 degrés davantage de saison, et plus adapté à la nage en mer.
morse
Supporter
Supporter
Messages : 156
Enregistré le : lun. 4 oct. 2010 16:10

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par morse » dim. 28 août 2022 11:42

L'eau de la Méditerranée est encore trop chaude, vers 23° même à 300m. Je constate que cette année plus de vacanciers s'y immergent pour "babeler" . Peu y nagent et encore moins dès qu'ils n'ont plus pied!
Lautho
Messages : 158
Enregistré le : mer. 24 mars 2021 17:46

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Lautho » dim. 28 août 2022 19:12

Bonjour à tous!

J'ai écrit des comptes rendus de course d'eau libre un peu partout sur le forum, désolé :oops: Je vous fais le plus récent ici, pendant que c'est encore frais:

CR Nage ton Canal 2022, Pantin (93) - 3000m, 27 août 2022

J'ai participé à cet évènement sportif l'année dernière déjà, sur 1500m (je crois que j'avais fait un CR). C'est une course que j'affectionne énormément pour plusieurs raisons:
Elle se passe dans le Canal de l'Ourcq près duquel je vis et le long duquel je m'entraine pratiquement chaque jour depuis des années en course à pied, ainsi qu'en natation lors de l'évènement "La Baignade" organisé par la mairie de Paris pendant les étés dans le cadre de Paris Plages.
J'aimerai vraiment que le développement de la baignade "libre" dans le canal et/ou la Seine se développent encore, et pour cela je mise beaucoup sur ce type d'évènements pour créer une ferveur populaire... Peut-être que les JO seront le déclencheur dont nous avons besoin?? Toujours est-il que j'essaie de vraiment faire l'effort dès qu'il y a des évènements impliquants la natation en "eau libre" dans Paris ou proche (j'ai aussi participé à la course SwimXperience organisée par la FFN en juin - j'ai pas fait de CR je crois mais c'était très cool, alors que j'étais dubitatif sur le principe de cette course; il y a aussi eu 2 journées "nettoie ton canal" qui offraient la possibilité de se baigner au niveau du jardin Villemin, et bien entendu La Baignade, je crois que j'y suis allé plus de 20 fois cet été!).
L'autre raison est simplement que l'organisation de cette manifestation est géniale. Tous sports confondus et depuis le temps j'ai participé à pas mal de compétitions mais là c'est juste le top, il y a tout: la partie sportive est niquel, avec plusieurs distances pour toutes les envies/niveaux, et un parcours différent de l'année dernière en plus (toutes les courses sont en une seule boucle, ce que j'aime bien); des activités hors-course pour les enfants/familles; une "course" de bouées pour le fun ouverte à tous avant le début des épreuves; un ravito gargantuesque post-course, ainsi qu'un bon pour une boisson gratuite sur une péniche-bar à côté; et bien entendu, le plus important des bénévoles géniaux, que je remercie encore si jamais il y en a par ici.

Bref, j'étais bien content de m'être inscrit à cet évènement, mais pas très confiant sur la distance, qui est la plus longue que j'ai jamais faite jusqu'à présent (j'avais fait 2500m). D'autant plus que niveau entrainement c'était moyen: j'ai passé tout l'été à La Baignade donc j'ai nagé plutot fréquemment, mais sans réelle structure. Les séances ont été plutôt courtes, avec aucun entrainement spécifique pour préparer un 3000m. Et surtout j'ai pas nagé depuis le 12 août donc je suis pas super en confiance. Je sais pas pourquoi j'avais retenu que la course était dimanche, heureusement l'organisation nous envoie plein d'emails notamment vendredi intitulé "êtes vous prêts pour DEMAIN??" :oops:

L'eau est vers 22 degrés mais je mets quand même la combinaison, comme beaucoup de participants. J'ai peur d'avoir froid avec un temps dans l'eau assez long...
Nous sommes la première course et le départ est commun avec le 5000m, à peu près 100 nageurs dans l'eau je dirai. Le parcours est très simple et comme je les affectionne: c'est tout droit, demi tour à mi course (on abandonne les nageurs de 5000 qui feront demi tour 1000m plus loin) puis on rentre tout droit.
Je me positionne très bien pour le départ, en plein milieu, première ligne, il y a de la place pour nager, ça s'annonce bien.
Le départ est donné et c'est le schéma classique que je retrouve systématiquement dans les courses d'eau libre: les gens partent très vite. Je ne m'en préoccupe pas, 3000m c'est long, je me focalise uniquement sur moi pour trouver mon rythme de croisière. Mon objectif étant de le garder tout du long pour produire un effort stable (de toute façon je n'ai qu'une seule vitesse, alors bon... :-d ).
Avant la course je m'étais fixé un seul objectif: garder la colonne ultra droite tout le temps, et surtout pour respirer afin de garder une tête "plate". L'année dernière j'essayais de faire trop de choses en même temps pendant la course (faire attention à la prise d'appuis, accélération sous l'eau, le roulis du bassin, la position de tête, le timing de respiration... c'est beaucoup trop en réalité, d'autant plus lorsqu'au fur et à mesure qu'on fatigue pendant la course, on perd en lucidité). Donc cette fois, on fait simple, on se concentre sur un seul élément et pour le reste on laisse faire les automatismes et advienne que pourra.

C'est vraiment tout droit et je connais la berge par coeur grâce à la course à pied, donc j'ai plein de points de repère rien qu'en respirant, je lève très peu la tête pour m'orienter (tous les 150m je dirai). Vers les 500m je vois qu'il y a quand même pas mal d'éclaboussures devant moi et à ce stade j'ai eu deux ou trois compagnons de route éphémères sur quelques dizaines de mètres à chaque fois.
Phénomène habituel, entre 500 et 800m je double beaucoup: ma théorie est que ce sont des nageurs de triathlon qui physiquement sont beaucoup plus puissants que moi et nagent "en force" mais avec une technique pas terrible, donc dès que physiquement ils sont cuits - ce qui arrive invariablement - ils ont une grosse baisse d'allure.
Après 800m je me retrouve vraiment tout seul, j'ai fini de doubler et je ne côtoie plus personne. En relevant la tête je vois qu'il y a des éclaboussures devant (assez loin - du type irrattrapables) mais pas tellement non plus. Je suis à ce stade de la course très content de ma technique "on se focalise sur un seul élément". Par contre je ne sais pas trop ce qui m'est arrivé mais en terme de fréquence de respiration, je change extrêmement souvent et j'ai à peu près tout fait: 3 temps, 2 temps à gauche, 2 temps à droite... de manière quasi aléatoire. Moi qui suis habituellement un métronome de la respiration 3 temps, je ne sais pas d'où j'ai sorti ça!
Arrive le moment fatidique du demi tour, où je vais pouvoir savoir qui continue sur le 5000 et qui est devant moi sur le 3000... je compte 3 bonnets. Deux qui se battent pour la victoire, un pas mal derrière et ensuite moi, encore plus pas mal derrière. Une fois que moi aussi j'ai viré, je peux voir que derrière moi c'est assez loin, à ce stade de la course je me dis que les positions actuelles seront figées, à part les deux pour la victoire.
Je suis assez tenté de ralentir le rythme parce que quand même je suis bien fatigué (et flemmard :pp ) et que vu l'avance que j'ai je pense pas me faire rattraper, et que devant j'ai absolument aucune chance de recoller. Mais bon je continue quand même sur le même rythme, toujours dans mon optique de rester aligné et le reste on s'en fiche.
Jusqu'ici tout va bien donc.

Lorsqu'il me reste à peu près 700m de course, ma femme se met à marcher à mes côtés sur la berge, je la vois crier mais j'entends absolument rien, j'aimerai qu'elle me fasse des signes mais elle ne fait pas, à ce stade je commence à vraiment être fatigué, je perds en lucidité, au lieu de rester focalisé sur ma nage je peste contre elle :pleure: Autre élément perturbateur, en respirant je vois derrière mois un bras avec une combi orange qui n'était clairement pas là au demi tour à mi course, donc il me rattrape... J'essaie d'analyser la situation: "il est encore assez loin derrière, il reste pas tant que ça, normalement c'est bon, ne panique pas, n'essaie pas d'accélérer ça aura l'effet inverse, tu restes concentré sur la "meilleure nage possible" épicétou". Mais ça c'est la théorie, en pratique je sens bien que j'ai de plus en plus de mal à bien nager... et aussi à ce moment j'ai fait une erreur de trajectoire, à trop me fier à la berge j'ai oublié que le canal tourne et s'élargit à cet endroit, donc je me retrouve à faire plus de distance que nécessaire.
La fin de course a été très dure: je vois le bras orange qui se rapproche de mètre en mètre, je suis trop proche de la berge donc j'ai énormément d'algues dans les mains, à tel point que parfois je suis obligé de complètement couper l'appui pour ne pas m'emmêler (l'autre nageur a bien mieux géré sa trajectoire et est en milieu de canal donc moins de distance, plus de courant et moins d'algues). Je pense que plus il se rapprochait, plus j'ai fait des mauvais choix... Il me double à 100m de l'arrivée, peut être même moins, sur le coup je suis un peu dégouté :pleure:
Ouf c'est l'arrivée !! C'est long 3000m, je me dis que c'est trop long pour moi, j'ai moins aimé que les distances plus courtes (1500-2000). Enfin à part la fin j'ai vraiment bien nagé quand même je trouve, je suis vraiment content!

En sortant je félicite chaudement manche orange, elle était vraiment trop forte pour moi aujourd'hui et je n'ai rien pu faire, c'était la grande classe sa remontée :+
Je termine donc 5ème au scratch, 3ème homme, en 46min50 (comme d'habitude avec l'eau libre, le chrono ne vaut pas grand chose en soi). Le gagnant est à 4min30 devant moi, donc c'est plutôt un bon résultant je trouve!

Voilà voilà, désolé c'était un peu long :ops:
Avatar du membre
Bolovar
Messages : 120
Enregistré le : lun. 14 mai 2012 13:01
Contact :

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Bolovar » lun. 29 août 2022 09:35

Bravo @Lautho, belle course et belle perf :+ !

Lautho a écrit : dim. 28 août 2022 19:12 [...] je suis trop proche de la berge donc j'ai énormément d'algues dans les mains, à tel point que parfois je suis obligé de complètement couper l'appui pour ne pas m'emmêler [...]
Aaaaah ... le canal et ses algues de fin d'été.
J'ai remarqué qu'en début d'été (notamment pour les Open Swim Stars qui se nagent en juin), les algues sont plus petites et ne sont pas encore devenues des monstroplantes :mrgreen: .
Avatar du membre
Frog
Supporter
Supporter
Messages : 477
Enregistré le : dim. 18 sept. 2011 13:07

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Frog » lun. 29 août 2022 10:12

@Lautho bravo à toi pour ta course ! Et merci pour le récit. J'aime beaucoup lire vos récits de courses en eau libre.
On se rend compte qu'on est tous soumis à des phénomènes assez aléatoires et imprévisibles : interactions avec les autres nageurs, gestion du rythme et de la respi, température de l'eau, courants, vagues, houle et méduses (en mer), et surtout ce qui revient souvent c'est l'orientation ! Une seule erreur d'orientation peut vous couter quelques places et bien rallonger l'épreuve.
Ce qui est assez étonnant sur l'orientation c'est que parfois on se met d'un seul coup à dévier de son cap. Quand ça arrive à un autre nageur qui nage à côté il peut nous couper la route d'un seul coup :siffle:
Mais bon je trouve que c'est ce qui fait le charme de l'eau libre. Je me suis lassé des compétitions en bassin, toujours pareilles, trop aseptisées à mon goût, à passer beaucoup de temps à attendre sur le banc...
Avatar du membre
Miklc
Messages : 8
Enregistré le : mer. 26 sept. 2018 14:45
Contact :

Re: Nage en eaux libres : venez témoigner !

Message par Miklc » dim. 4 sept. 2022 01:18

bonsoir à toutes et tous,

CR Nage ton Canal 2022, Pantin (93) - 1500m, 27 août 2022

Même course, même problème de trajectoire, même galère dans les algues, me voila donc fort rassuré :lol:
Sauf que pas la même distance (1500 m) et pas le même classement , loin de là ^^ (62e/115)
Mais content quand même.
J'ai nagé 5 ou 6 fois dans le canal de l'Ourcq que moi aussi j'ai arpenté en long en large et en travers en courant et à vélo.
À chaque fois que j'y nage, c'est très différent. En juin effectivement, je suis parti de Pantin pour le triathlon de Paris sprint, pas d'algues.
Là, collé à la berge, je me suis retrouvé limité emmêlé, ça m'a totalement déstabilisé, je me suis même fait un peu peur et j'ai perdu ma nage.
Un type qui nageait la brasse en a profité pour me doubler, ça m'a beaucoup contrarié et franchement vexé et j'ai accéléré autant que je pouvais pour finir devant lui mais au prix d'un effort probablement très disproportionné et un peu vain. Je m’étais dit aussi qu'il était sans doute plus efficace de bien rester sur sa nage, le passionnant CR de Lautho me conforte donc dans impression.

C'est dommage toutes ces algues car je n'avais jamais été aussi facile en natation en eau libre. Et comme moi aussi à mon humble niveau je n'ai qu'une seule vitesse, j'ai bouclé le tout exactement à la même vitesse que le 500 mètres du triathlon en juin et j'ai fini en 35 min. Quand j'ai commencé à nager il y a quelques années, j'étais tout content d'arriver à faire des 200 mètres à la piscine avec une minute de récup entre les séries donc ce test sur la distance classique des triathlon M me rassure et me fait assez plaisir mais j'ai bien conscience que ça reste un chrono assez médiocre. La seule chose qui me contrarie, c'est de ne pas voir d'amélioration de ma vitesse. Seulement de mon état de forme à la fin de la nage. Ce qui n'est déjà pas si mal vu que j'ai besoin de fraicheur pour enchaîner sur le vélo et la course.

Enfin, je partage totalement les remarques de Lautho concernant l'organisation. C'est vraiment top. Si je suis à Paris l'an prochain, c'est sur je le referai et sans doute sur le 3000 (attention, Lautho, je serais à tes trousses :lol: )
Répondre