Vitesse de progression ?

Thèmes abordés : vaincre la peur de l'eau, les bases de la natation (immersion, équilibres...)
tripalong
Messages : 2
Inscription : lun. 29 avr. 2024 17:20

Vitesse de progression ?

Message par tripalong » lun. 29 avr. 2024 18:40

Bonjour,

Sujet mainte fois abordé je pense !
Jamais très à l'aise dans l'eau, je me suis mis comme défi de nager le crawl.
J'ai pris 3 cours particuliers pour appréhender l'environnement. Mon niveau en crawl était nul, je ne pouvais pas faire 5 mètres.
En parallèle, je cours et je fais du vélo à un niveau moyen (40min au 10km), tout ça à 40 ans.

Cela fait maintenant environ 20 séances à la piscine. (plus ou moins une fois par semaine 35/40 min max que je peux dégager)
Bilan ? J'ai progressé. Je suis capable maintenant de faire 1000m en respiration 2 temps.
Mais ... il en faut un ...
Je suis extrêmement lent, 3min/100m voir 3min15/100.
Si je force un peu j'arrive à 2m30 sur un 100m.

Pourtant par moment, les premiers 50m, je peux sentir cette sensation de glisse, mais très vite ça se dégrade, moins de force, bras qui se dérobe etc.

Déjà, est-ce normal d'être si lent ? Je vois beaucoup de gens qui commence directement à 2min-2min30/100m.
Est-ce qu'en continuant tout seul, on peut espérer les 2min30 ? Pour l'instant je ne force pas, je veux être à l'aise déjà.
Je ne suis pas fan du pull boy, j'ai essayé mais je ne suis pas à l'aise.
J'ai fait un peu de planche pour appréhender la respiration.

Merci d'avance!
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 389
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Vitesse de progression ?

Message par Miclio » mar. 30 avr. 2024 13:02

C'est dur de dire sans vidéo.
Les erreurs que je vois souvent, même chez des nageurs assez rapides, c'est des problèmes d'équilibres dans l'eau et d'alignement.

La manifestation la plus évident de ce problème c'est l'entrée trop étroite et presque toujours, au moins d'un côté, le franchissement par le bras de ligne médiane qui sépare la droite de la gauche du corps. Ce mouvement est un traumatisant même si l'eau pardonne bcp ( je vois un tas de solides qui n'en souffrent aucunement) mais surtout inefficace : une partie de l'énergie qui doit aller à la poussée et à avancer sert à générer la rotation du corps dans l'eaux voire à corriger l'équilibre avant/arrière.
Ça avec souvent, les nageurs se penchent sur le côté pour respirer (plutôt que se tourner), quand tu regardes du bord le mouvement en S du corps est évident. Bien sûr les solides n'en souffrent pas mais c'est pas terrible.

Il doit y avoir des éducatifs pour corriger tes problèmes, perso quand j'ai commencé je suivais +/- une méthode qui accordait bcp d'importance à l'équilibre dans l'eaux. Sans bouger ou à très faible vitesse (battements très doux à 2 ou 6 temps) normalement on peut : se maintenir assez haut dans l'eau, initier et contrôler un roulis plus ou moins marqué du corps entier sans action des bras, voir respirer (faut une bonne mobilité du rachis et de la tête). Pour moi c'est la base, la vitesse et l'action des bras masquent des manquements importants à ce niveau. J'aime assez peu les éducatifs et j'essaie de rester aussi proche que possible de la nage complète quand je cherche une sensation particulière, j'évite tjrs le volume et je veux dire par là que je cherche une sensation sur qqls mouvements, j'arrête et je recommence autant de fois que nécessaire, aucun égard pour la distance ou le nombre de mvts consécutifs ou la vitesse.

Perso je fuis le pull boy parce que pour bcp de monde, je vois qu'il permet surtout de déconnecter la ceinture scapulaire de celle pelvienne ce qui entraîne une perte de puissance massive.
Que la nage soit «hip driven» ou «shoulder driven», si il y a un léger déphasage dans leurs actions selon les styles précités les deux ceintures doivent être connectées et permettre l'action des muscles du tronc qui les relient.
C'est pas différente de la boxe pour moi, idem sur l'extension, il est vain de la chercher au-delà de son niveau de souplesse (ce que je vois faire souvent, voire tout le temps), on boxe devant soi même si on doit taper au-dessus de la tête.

Bref, prends le temps d'analyser ta position dans l'eau, perso quand je bosse mon équilibre, je vais pas des millions de mouvements plutôt des séries de qqls mouvements super contrôlés, j'aime autant être dans un petit bain.
Souvent l'équilibre avant/arrière correct donne l'impression de nager «vers le bas», de cette position il faut un roulis de corps correct pour aller respirer et c'est là que le bas blesse, les nageurs tendent à se désunir s'incliner (à droite pour la large majorité) et en initiant pas mal de cambrure du rachis : ça manque pas le cul (et le reste) coule, le bras gauche s'enfonce, dépasse la ligne médiane, etc. bourrinage et vitesse en augmentant la portance de l'eau masquent des défauts fondamentaux.
Serial poster dysorthographique. :hello:
tripalong
Messages : 2
Inscription : lun. 29 avr. 2024 17:20

Re: Vitesse de progression ?

Message par tripalong » jeu. 2 mai 2024 13:31

J'ai déjà trouvé un point d'amélioration ce matin.
Mon bras gauche fuyait et passait sous mon corps de façon pliée. j'ai essayé de garder une position plus tendu, de "rigidifer" le passage dans l'eau en donnant plus de roulis pour accompagner le mouvement.
Je pense avoir gagné 10/15" au 100m ainsi.

J'ai essayé également de respirer en 3 ou 4 temps, mais je n'y arrive pas pour l'instant.
Augmenter la fréquence des bras me met assez vite dans le rouge. Je préfère pour l'instant être "à l'air" pour respirer.

Globalement, je sens que le roulis et augmenter encore davantage l'horizontalité me feront progresser.
Si j'arrive à 2min30 au 100m je serai déjà content.
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 389
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Vitesse de progression ?

Message par Miclio » mer. 8 mai 2024 12:29

Franchement c'est bien que tu es pris conscience aussi vite de certains défauts. Dans l'eau on a tous tendance à remuer n'importe comment, et puis tu est arrivé là en peu séance.

Je ne suis pas sûr parce que tu entends par «bras plus tendu», il n'y a presque que les sprinters qui vont chercher en profondeur et pousse droit derrière eux, il faut beaucoup de force pour accélérer l'eau efficacement. Les autres nageurs font des S plus ou moins marqués, j'ai lu que Phelps avait expérimenté avec les deux coulées et retenu le trajet en S.
Alors c'est comme le reste il faut pas en faire trop, c'est léger le S, ça reste relativement rectiligne (pour ne pas exagérer on ne peut penser qu'à la main est ce qu'elle regarde strictement vers les pieds pendant le trajet sousmarin ou change-t-elle légèrement d'orientation, c'est une histoire de prise d'appui, la forme du trajet c'est une conséquence d'un choix d'appui).

L'important dans les deux cas c'est que ce qui est d'un côté y reste. C'est extrêmement dur d'avoir un bon travail des bras, on perd facilement l'appui initial ou celui-ci est mauvais.
Un défaut courant c'est d'appuyer vers le fond à la prise d'appuis. C'est inefficace et pire ça déséquilibre (le haut monte le bas coule).

Je travaille dessus en ce moment et je ne suis pas satisfait. Je suis persuadé qu'un des difficultés du papillon ou plutôt la capacité de certains à le nager durablement vient de défaut techniques plus aisément maquillé en crawl. Je pense qu'il y a, pour bcp, un défaut dans la qualité et la continuité de la poussée sous marine des bras (entre la catch, le pull et le push, désolé j'ai appris les termes en anglais).

Je cherche, les bonnes sensations… c'est pas facile. Un repère c'est de regarder le trajet des qqls bulles qui accompagnent la main (si il y en a trop c'est un problème technique), elle ne doivent pas partir vers le bas et idéalement elles doivent partir vers l'arrière.

D'autres «conseils», la respiration doit intervenir plutôt tôt que tard si on prend en point de repère le retour aérien du bras et il faut mieux rentrer «large» au moins la largeur d'épaule, tellement de gens rentrent trop étroit voire croisent. Mieux vaut trop large que trop étroit. Pour dire il y avait une fondeuse US dont je n'ai plus le nom qui rentrait large et avait une poussée courte. Elle travaillait en fréquence, sur une plage de mouvement où elle avait bcp de force et limitant l'amplitude des mouvements (peu de blessures et mvt moins sujet à la dégradation technique sur la durée). Le contraire n'existe pas ou rarement (souplesse exceptionnelle).
Je trouve que ce défaut de base de chez de bas peut être maintenu par des éducatifs mal faits.

Typiquement, si tu travailles à un bras avec une planche dans l'autre. Presque nécessairement, la planche et le bras qui la tient font se placer dans l'axe médian de l'avancement. Disons que tu travailles la coulée du bras gauche, de suite le bras droit pour maintenir la planche au milieu va viser vers la gauche, le rachis suivra en s'inclinant vers la gauche. Bref c'est nawack, le bras gauche ne travaillera pas bien et bien pire quand tu vas respirer tu vas le faire dans une position mauvaise (qu'on retrouve chez bcp de monde même des nageurs qui sortent de bons temps) càd cambrer et incliner avec respi tardive si on prend le retour aérien en point de repère.
Perso je fait cet exercice de temps en temps, pour isoler un bras mais aussi la respi TOUJOURS sans planche et en gardant le bras devant moi à largeur d'épaule, le rachis droit. L'inclinaison du rachis contrairement aux flexions et rotations n'a pas grand chose à faire en natation (comme en boxe d'ailleurs, un certain alignement du rachis permet le transfert de masse/force).

NB le S comme certains coaches l'avaient «compris» çàd entrée pouce en premier, poussée vers l'extérieur puis ramener, etc (un mvt exagéré). ce qui met l'épaule en rotation interne tout du long est à proscrire. Ils n'avaient juste pas compris le mouvement fait par certains athlètes de l'époque comme d'aujourd'hui.

La natation est un exercice extrêmement fin, on n'arrive pas à modéliser, un nageur ne se déplace au milieu des vortices qu'il génère comme il le pense, ça m'échappe et je pense ça échappe à tous le monde. Il y a un aspect qui est pour moi important mais pas vraiment aborder parce que peut-être pas explicable, c'est que le nageur s'appuie sur ces tourbillons comme un surfeur qui surferait ses propres vagues. Selon moi la prise d'appui sur ces fronts (courbes) de pression se fait si ce n'est corps entier mais sur de large parties du corps, pour autant les extrémités, là où ces fronts s'interrompent sont tout aussi critiques.
Pour visualiser, on peut, debout, faire des S devant soi avec un bras, Selon le mouvement retenu, la vitesse des changements de direction de l'extrémité, la rigidité ou la souplesse que l'on donne au bras, la résistance de l'eau comme la quantité d'eau que l'on (a l'impression) remue varie drastiquement sans modification adhoc de la vitesse ou de l'énergie déployer pour le mouvement.
Ça nous dépasse mais il faut avoir en tête que l'eau n'est pas un médium idiot.
Pour dire, j'arrive à avancer, et pas si lentement, bras en avant en leur faisant faire des ondulations (le reste du corp suit un peu le mouvement), comment ? À vrai dire même les ondulations… que je ne fais pas si mal, perso je suis dans un jeu de bascule et de rebond, avec un mouvement ample et maitrisé du rachis, mais l'eau que fait-elle ? J'en sais rien mais je n'envoie pas d'eau directement en arrière pour sûr.
Serial poster dysorthographique. :hello:
Répondre