Les paradoxes du papillon.

Thèmes abordés : Apprentissage ou perfectionnement du crawl, de la brasse, du dos, du papillon, des départs, des virages...
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 388
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Les paradoxes du papillon.

Message par Miclio » mar. 4 juil. 2023 13:06

Bonjour chers nageurs.

Récemment, je me suis à nouveau frotté à cette nage, réputée difficile, qu'est le papillon.
Si je ne pense pas encore avoir la force et la mobilité pour nager le papillon, le visionnage récent de didacticiels m'a donné l'envie de travailler sur le timing. Je me suis donc lancé en gardant en tête le moto anglo-saxon «kick in / kick out» en fait kick the arm in and kick the arm out.
Ça n'allait pas, principalement parce que le timing doit être extrêmement précis et savoir quand s'est le «in» et le «out» ce n'est pas trivial, la fenêtre est trop large.
J'ai commencé à trouver un sens lorsque j'ai accéléré le mouvement au point que les deux temps soient rapprochés plus que nécessaire et en bourrinant un peu .

Je pense avoir compris le timing. Je pensais déjà avoir compris il y a quelques années avant d'abandonner l'idée de nager «vraiment» pour me consacrer à la correction de ma posture et la prise de contrôle de mon corps. Cette fois c'est différent parce que, en apnée (*) et relativement frais, je ne suis pas très loin en distance de ce que je fais en nage libre, en restant dans les deux assez relâché.

Je suis encore loin de pouvoir maintenir ma posture correctement pendant l'exercice, et de respirer aisément, par contre avec le bon timing je commence à constater le paradoxe du papillon, si l'exercice est technique il est énergétiquement plus efficace que la brasse. C'est vraiment étonnant, quand le timing est là, «ça passe» étonnamment bien. Nota bene, je me sens encore loin de passer 50m proprement.

Cela m'amène à un autre conseil trouvé sur YouTube et qui concerne le trajet sous-marin des bras. J'ai plusieurs fois entendu que à peu de choses près, le trajet des bras en papillon ne différerait pas significativement du trajet effectué en nage libre, il serait juste effectué simultanément par les deux bras. Là, la situation se complique, il me semble qu'il y a plusieurs approches :
1) une technique à la Phelps bien expliquée par une nageuse olympique américaine sur sa chaîne youtube, avec deux temps assez distincts. Le catch qui aboutit à une position en «diamant» et ensuite un poussée ou les mains qui sont assez rapprochées partent en arrière et en dehors.
2) une technique dans laquelle les bras restent plus distant du corps et pendant lequel il n'y a pas de changement de direction significatif dans le trajet des bras : ça part vers l'arrière.

J'ai testé les deux sur de courtes distances ce qui permet d'évacuer la respiration et en limitant l'exertion physique.

À mon stade peu avancé de pratique, il me semble que le choix d'un trajet des bras plutôt rectiligne ou en forme de sablier affecte la synchronisation des bras et des jambes.
1) Pour la nage «en sablier» il me semble que mes bras en fin de poussée sont tendus en même temps que mes jambes. Les bras sortent sur le début du retour du coup de pied, après je ne suis pas sûr.
Le second coup de pied c'est moins net parce que en peu de temps on revient plus à plat (surtout si on «encaisse» la respiration), il y a la fin de l'extension et la prise d'appui avant la traction. Je ne sais pas trop ce que je fais.

2) Pour la nage «en tirant large», c'est encore moins clair et plus clair en même temps. pour mon temps 1 (extensions des 4 membres pendant la poussée) c'est pareil mais les bras ressortent un peu moins bien qu'en partant d'un position plus axiale (je tenterai de rentrer un peu les coudes avant la poussée la prochaine séance). La suite est plus bourrine, le second coup de pied intervient plus rapidement pour aider le passage des bras plus en profondeur. Il n'y a pas cette espèce de mise en tension du corps lors lors de la prise d'appui exagérée (sans connotation négative) chez Phelps. Je ne sais pas si c'est correct

Il me semble que le passage au large des bras permet une fréquence de nage un peu plus rapide.
Le passage au large donne aussi une impression de nage «plus continue», certes il y a deux coups de pied, le trajet «consistant» des bras vers l'arrière domine mon ressenti lors de la nage.
«Ça passe vraiment bien» mais j'ai du mal à casser la respiration dans le rythme plus coulé/lié de cette approche du papillon. Je me demande si cette approche ne nécessiterait pas d'introduire plus d'ondulation du corps pour permettre un bonne respiration. Cela a un effet pervers une meilleure respiration vient au coup d'une augmentation de la dépense énergétique, dans un contexte de compétiteur cet effort supplémentaire consenti se traduit par un gain en propulsion.

La nage en sablier a deux temps plus distinct. Il m'est un peu plus aisé de casser la respiration, aisé étant un mot malapropos… Si le moto «kick in / kick out» m'a aidé à mettre les bases du timing en place, il ne correspond pas à la réalité de cette approche à mon niveau de pratique. Dans cette approche, la phase d'extension simultanée des membres supérieurs et inférieurs lors de la poussée conditionne à peu près tout, du retour aérien à la respiration. Je soupçonne que ma phase de traction est inefficace et que cette phase soit plus difficile à réaliser que la poussée simultanée des bras et des jambes.

Bénéfice indirect en crawl je commence à appréhender différemment le trajet sous-marin de mes bras.

Quels sont vos approches du papillon? Avez-vous eu des déclics dans cette nage, notamment sur le timing ou tout autre aspect?
Avez-vous des trucs façon «kick-in / kick-out« pour la respiration par exemple ou des exercices pour bien la caser ?

Bonne nage à tous.
Serial poster dysorthographique. :hello:
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 388
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Les paradoxes du papillon.

Message par Miclio » mar. 4 juil. 2023 15:20

En lisant avec plus d'attention la page wiki anglaise sur le papillon, je crois que je mélange un peu les choses entre le trajet des bras et la synchro.
L'article parle de «"arm pull up simultaneous with dolphin kick" and "arm pull down simultaneous with dolphin kick".»
Je pigeais pas bien mais la vidéo en lien est parlante :
https://youtu.be/8H7u30vnn2g

Food for thoughts pour la prochaine séance.
Serial poster dysorthographique. :hello:
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 388
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Les paradoxes du papillon.

Message par Miclio » mer. 5 juil. 2023 20:14

J'étais rincé aujourd'hui, pas de jus ou encore moins que d'hab…
J'ai fait que quelques mouvements, cela a suffit à tester les 2 approches que j'ai reprises du wiki anglais sur le sujet.
Je passe plus facilement le mouvement et la respiration en accentuant le coup de pied qui accompagne la traction. Le « "arm pull down simultaneous with dolphin kick".» donc je trouve cette expression mauvais.

Quel est la tendance à ce sujet parmi les membres de ce forum ?
Serial poster dysorthographique. :hello:
Csium
Messages : 19
Inscription : jeu. 27 avr. 2023 09:33

Re: Les paradoxes du papillon.

Message par Csium » mer. 15 mai 2024 08:57

Salut !

Super intéressant tout ce décorticage que tu fais, j'avoue ne jamais avoir pris le temps de consulter des articles ou vidéos sur la technique du papillon. En revanche j'ai toujours adoré le nager, j'ai commencé assez tôt mais comme tout le monde sans doute, en poussant comme à la brasse avec les pieds, par manque de force dans les bras essentiellement je pense.
Et puis a force d'observer les pros lors des compétitions, j'ai fini par arriver à faire le mouvement complet, quel pied !

Pour moi le déclic ça a été de diviser en deux temps le mouvement des bras, je fais une (très) légère pose/temps d'arrêt au moment du catch, se qui me permet de bien finir l'ondulation et le battement, qui est plus faible que le deuxième, qui lui se réalise au moment de la traction des bras.

En revanche dès que je dois augmenter la fréquence pour faire un sprint par exemple, j'ai beaucoup plus de mal à garder la bonne syncronisation entre bras et jambes et je perds le mouvement, à moins de faire plus de trajet avec les bras pour laisser le temps à l'ondulation de se finir, et donc je fais un S sous l'eau.
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 388
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Les paradoxes du papillon.

Message par Miclio » mer. 15 mai 2024 15:49

Csium a écrit : mer. 15 mai 2024 08:57 Salut !

Super intéressant tout ce décorticage que tu fais, j'avoue ne jamais avoir pris le temps de consulter des articles ou vidéos sur la technique du papillon. En revanche j'ai toujours adoré le nager, j'ai commencé assez tôt mais comme tout le monde sans doute, en poussant comme à la brasse avec les pieds, par manque de force dans les bras essentiellement je pense.
Et puis a force d'observer les pros lors des compétitions, j'ai fini par arriver à faire le mouvement complet, quel pied !

Pour moi le déclic ça a été de diviser en deux temps le mouvement des bras, je fais une (très) légère pose/temps d'arrêt au moment du catch, se qui me permet de bien finir l'ondulation et le battement, qui est plus faible que le deuxième, qui lui se réalise au moment de la traction des bras.

En revanche dès que je dois augmenter la fréquence pour faire un sprint par exemple, j'ai beaucoup plus de mal à garder la bonne syncronisation entre bras et jambes et je perds le mouvement, à moins de faire plus de trajet avec les bras pour laisser le temps à l'ondulation de se finir, et donc je fais un S sous l'eau.
Merci pour ton tuyaux, je testerai. Je galère toujours en partie un pb physique mais en partie seulement…

Sinon j'ai vu ce weekend un type avec une technique atypique assez intéressante. Plutôt que retour aérien classique, il fléchissait les bras et les tiraient pas en arrière, à mis chemin entre crawl et papillon.
Belle souplesse et tonus,il arrivait à tirer ses bras et épaules en arrière sans entraîner de cambrage du corps, il restait haut dans l'eau avec une ondulation raisonnable.
Il callait une longueur en pap deci delà entre les longueurs en crawl qu'il enchaînait à bon train. Un champion nageait un peu comme ça, je n'ai plus le nom en tête.
Serial poster dysorthographique. :hello:
Répondre