Fais toi prés

Si vous le souhaitez, vous pouvez vous présenter ici. Vous pouvez aussi tenir un journal de votre progression.
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 385
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Fais toi prés

Message par Miclio » dim. 17 déc. 2023 12:59

Alors Lautho ces essais ?

Sinon de mon côté je n'ai pas retenté J'ai à vrai dire beaucoup de mal à nager le crawl, voire tout court en ce moment. Vu que je mise sur un temps de trajet court plus que sur mes qualités d'apnéistes… c'est mort.

La petite blessure ne guérit pas, je fais donc super gaffe. Mais en sus je cherche à ressentir et à mobiliser les parties du dos qui tendent à être statiques ou à bouger que dans un sens. C'est autour de la charnière thoraco-lombaire en ce moment, ça fait mal sur le coup et le lendemain encore plus avec une mention spéciale pour les pointes de douleur entre les côtes.
Je prends mon mal en patience. je sais que ça use la machine mais le statu quo actuel n'est pas tenable. Pour le meilleur ou pour le pire il faut que les points de résistances lâchent et que le cerveau se coordonne. Je sais maintenant qu'il peut.
Je ne trouve pas d'exercices au sec, ou j'arrive à mobiliser mon dos comme je veux. À vrai dire, même le travail au sol se passe mieux pour moi à la piscine, déjà la température y est agréable, la faience c'est plus dur qu'un yoga mat MAIS quand on est mouillé ou un peu suant ça glisse, je pense que cela a un impact pas si trivial, la peau suit mieux le mouvement ou posture du corps.

Bref en ce moment c'est douleur, et prise de conscience sur les déséquilibres musculaires. Je prends du plaisir à faire de courtes distance en brasse, je travaille le dos crawlé en essayant de préserver mon épaule gauche. Le vrai plaisir, c'est les ondulations ventrales ou dorsales, j'ai de bonnes sensations. Je n'ai pas encore la mobilité que je voudrais, et je sens que l'appui sur un des pieds est moindres, c'est postural ça se corrigera avec le reste à chaque redressement de mon rachis.
Serial poster dysorthographique. :hello:
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 385
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Fais toi prés

Message par Miclio » jeu. 9 mai 2024 21:01

J'approche des 7 ans de nage, 7 ans pour corriger le gros de mes problèmes posturaux, 7 ans pour développer une technique solide.

Je n'y suis pas. Je m'améliore, je pense avoir posé de solides bases en crawl et brasse surtout mais ne faisant pas de volume, je ne peux pas dire que ma technique est vraiment solide.
Pour reprendre les termes de «natation pour tous» je me limite à pratiquer «ma nage A» on va dire. Si la dégradation de la technique est une chose inhérente à un effort long, la gestion de cette dégradation ne l'est pas et je ne peux pas travailler ce point.

Ça me fait un peu râger parce que je sens un certain potentiel, j'aimerais me chronométrer sur un 50m petit et grand bassin maintenant que je gère bien la culbute. La respiration me pose peu de problème sur cette distance. Je pense que c'est franchement pas dégueu pour un non nageur ou qqn qui a débuté à 41 piges, je ne donne pas cher de ma peau sur un plus grande distance mais sur un 50m j'aimerais voir (je me méfie quand même de mes impressions parce que je n'ai aucune réf chronométrée mais j'ai l'impression d'avaler les premiers 25/30m plus encore si je plonge).

Au final la nage dans laquelle mes problèmes me gênent le moins dans une optique de vitesse et non d'endurance c'est le crawl. J'adore la brasse mais j'ai plus de difficultés à lâcher les watts sans complètement me désunir, principalement du fait de mes déséquilibres posturaux.

Mes gros points de satisfaction sont :
* Mes ondulations assez rapides et surtout que j'arrive à gérer à l'économie si on peut dire.
* Les plongeons même si je pars d'une position non conventionnelle par manque de souplesse. Je me rate peu et surtout comme pendant longtemps je me suis concentré sur «l'atterrissage» et une prise d'appui et mise en action rapide après l'entrée dans l'eau, je peux rattraper des sauts pas terribles. Les ondulations efficaces aident aussi surtout sur un saut moyen.
* La culbute, grosse surprise parce que peu travaillée, mes essais s'étaient avérés «punitifs»… j'en prenais plein le nez et je ne suis pas macroniste. Déclic inattendu et gros gain de temps, à tel point que je tourne maintenant presque exclusivement comme ça même en brasse. Une nageuse m'a complimenté peu de temps après le déclic… je ne connais personne dans ma nouvelle ville et parle donc peu voire pas, je suis parti sur un «délire» sur mon blocage comme sur toutes les info que j'avais brassé… devant cet excès d'enthousiasme je pense qu'elle m'a pris un peu pour un dingue et s'est éloignée… :oops: mais lol (nb elle avait un certain âge, il n'y avait aucune ambiguité à ce niveau là, c'est juste que quand on a pas parlé depuis longtemps…comme avec d'autres choses ça part vite blablalblabla…).

Points d'insatisfaction :
* Le dos, j'ai progressé et je crois que j'aime cette nage très technique, mais mon manque de mobilité d'un côté fait que j'ai très rapidement mal du côté qui compense, l'épaule en question me le fait très vite savoir…
*Le papillon, entre mes problèmes d'alignement et d'épaule, je travaille de temps en temps mais sans grand espoir. J'essaie d'engrainer dans mon esprit des éléments de timing mais c'est difficile. Passer en force n'est pas une option et ne m'intéresse pas, malgré des ondulations correctes je suis très loin du compte. Quand je pense que le pap, nagé correctement, est moins énergivore que la brasse… ça me donne à réfléchir mais me motive aussi parce que la brasse j'aime.
Je trouve que ça reste un super exercice pour tester l'efficacité du travail des bras parce que je crois que pour bcp, hors à s'enfoncer dans l'eau bcp trop, le problème est l'inefficacité du travail des bras qui amène à bourriner sur une partie limitée de leurs courses/trajets sous marins.
*L'état général, je fais le max pour récupérer autant que possible une posture correcte avant que l'âge ne vienne définitivement écarter une possibilité de rémission même partielle et aggraver la situation et les douleurs (sachant que tout ce qui ne travaille pas comme il faudrait s'use et vieillit mal…). Il y a des progres remarquables (longueur du coup, mobilité de certaines parties du corps) mais les douleurs restent présentes comme la fragilité, je sens que je peux me faire mal très vite si je bourrine, bref je ménage ma monture… mais le matin c'est pas beau à voir, je craque de partout la nuit tend à vouloir réparer des choses qu'il faudrait laisser en l'état.
J'espère que cet été j'aurai passé un grand palier sinon je vais accuser le coup, sept ans c'est un chiffre important. Je persévérerai tout de même, faut apprendre à faire avec mais ça casse *** ******* :siffle:
Serial poster dysorthographique. :hello:
Avatar de l’utilisateur
portocéan
Messages : 377
Inscription : dim. 3 août 2014 20:15
Niveau : C10 faible
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Fais toi prés

Message par portocéan » sam. 11 mai 2024 14:42

Miclio a écrit : jeu. 9 mai 2024 21:01

j'aimerais me chronométrer sur un 50m petit et grand bassin maintenant que je gère bien la culbute.
Si le chrono mural existe et est bien placé, c'est bon...
Sinon...
Ma solution en crawl :
Avec une montre chrono de chez D4 (20 €) à mon poignet gauche.
Au départ
Programme chrono à l'écran et à zéro.
Je pars dans l'eau. les deux mains à l'avant. la main droite prête à appuyer
Position immergée. En même temps, poussée contre le mur et déclenchement du chrono.
A l'arrivée
Moins évident mais cela reste correct.
A moins de deux mètres du mur (environ)
Mes deux bras sont alors devant et immobiles et les mains l'une sur l'autre. J'appuie sur la touche à 50 cm du mur.

Mon score, je le diminue d'une seconde pour compenser le final en roue libre...
Si j'ai 55 s je retiens 54... je laisse tomber les centièmes.

En brasse pas de problème non plus... en dos très compliqué.
Je fais assez souvent ces prises de temps... histoire de garder le moral. Mais jamais dans la même épreuve. Et jamais à bloc... j'essaie de garder une nage propre...
Comme 50 avec pull boy... 50 avec palmes mais sans les bras... 50 avec tuba et palmes sans les bras...etc...
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 385
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Fais toi prés

Message par Miclio » sam. 11 mai 2024 21:24

portocéan a écrit : sam. 11 mai 2024 14:42
Miclio a écrit : jeu. 9 mai 2024 21:01

j'aimerais me chronométrer sur un 50m petit et grand bassin maintenant que je gère bien la culbute.
Si le chrono mural existe et est bien placé, c'est bon...
Sinon...
Ma solution en crawl :
Avec une montre chrono de chez D4 (20 €) à mon poignet gauche.
Au départ
Programme chrono à l'écran et à zéro.
Je pars dans l'eau. les deux mains à l'avant. la main droite prête à appuyer
Position immergée. En même temps, poussée contre le mur et déclenchement du chrono.
A l'arrivée
Moins évident mais cela reste correct.
A moins de deux mètres du mur (environ)
Mes deux bras sont alors devant et immobiles et les mains l'une sur l'autre. J'appuie sur la touche à 50 cm du mur.

Mon score, je le diminue d'une seconde pour compenser le final en roue libre...
Si j'ai 55 s je retiens 54... je laisse tomber les centièmes.

En brasse pas de problème non plus... en dos très compliqué.
Je fais assez souvent ces prises de temps... histoire de garder le moral. Mais jamais dans la même épreuve. Et jamais à bloc... j'essaie de garder une nage propre...
Comme 50 avec pull boy... 50 avec palmes mais sans les bras... 50 avec tuba et palmes sans les bras...etc...
Merci Portocéan, j'ai la montre d4 en plus.
Il faut que je le fasse, j'ai peur de sortir un truc ridicule après 7 ans à faire l'asticot en maillot de bain ;)
Serial poster dysorthographique. :hello:
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 385
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Fais toi prés

Message par Miclio » dim. 12 mai 2024 19:25

Bon j'ai fait des mesures, c'était pas joli mais ça m'a motivé pour bosser, mais c'était pas joli je n'étais pas bien aujourd'hui pas que d'hab ce soit magique (hier j'étais bien en fait).
J'étais sans niac, n'étant par nature par un énergique et ayant un peu lâcher les watts hier, j'ai fait des longueurs sans grosse poussée au départ, j'ai raté un paquet de culbutes.
ça tourne autour de la minute pour 50m, ma meilleure longueur du jour c'était 25s.
J'aurais du faire des mesures hier mais bon c'est pas grave. Ça m'a motivé à enchaîner les 50m et je me suis rendu compte de certains problèmes, certains réglables d'autres moins.
Je suis bien raide et quand je maintiens un alignement du corps même en essayant de rester relax, ma mobilité thoracique me permet mal de prendre une inspiration normale à profonde.
Mon épaule fait vite chier… même si c'est moins vite qu'en dos, je n'ai pas forcément été amical avec elle hier…

Faudrait que je monte en distance pour me mettre dans un rythme cardio-respiratoire régulier parce que là, c'est nawack je respire sans aucune régularité et en essayant de trouver un rythme qui n'est pas là parce qu'il n'a pas le temps de s'installer je pense que j'ai fini des 25m moins bien que si je les avais taper en apnée.
Serial poster dysorthographique. :hello:
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 385
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Fais toi prés

Message par Miclio » mar. 21 mai 2024 21:58

je ne veux pas polluer le topic de Jennifer ? Csium ? avec mes histoires de combat side stroke ou de nage indienne optimisée.

J'ai fait des essais : c'est bon pour ce que j'ai le mouvement qui passe à peu près d'un côté ne passe de l'autre, ce qui m'a permis de travailler la symétrie (et putain il y a du travail).
La nage en elle même n'est pas si triviale que ça.

Il faut un coup de pied ciseau (que je n'ai pas) en synchronisation avec une bonne rotation du tronc pour lors de l'extension des bras vers l'avant repasser complètement sous l'eau et donc limiter les résistances.
Ce retour est moins aisé à bien réaliser qu'en brasse dans laquelle la gravité fait le travail en partie.

Nb passer sous l'eau est pas mal important pour limiter les résistances. J'ai testé dernièrement le crawl hybride tel que décrit par Gary Hall Jr, et que l'on voit pratiqué par le gros des nageurs, je sens un gain en efficacité. Niveau battement, je suis plus ou moins sur du 3/1. Je respire à droite, de ce côté je cherche un grosse extension, je repasse sous l'eau, je fais un seul kick pas loin d'une ondulation à une jambe. Sur l'autre côté, je cherche un peu d'extension (je ne pars pas direct dans le catch comme Hall le recommande) mois qu'à droite et j'ai un rythme de jambe normal (3 battements).
https://youtu.be/2SEoDFnvwC4?si=BSzPB_Y6HfuBJ7Nq

Nb#1 Hall ne parle pas la nage «core driven» que présente Matthieu dans son article sur les trois types de freestyle. Cette nage est assez atypique dans les bassins j'ai l'impression. Les nagest types total immersion et poussée à son extrême l'approche d'Adam Walker, sont des approches que je dirais assez core driven.

Nb#2 je trouve que pour bien comprendre le style hip driven, et à l'extrême le style de je ne sais plus quel nager (italien ?), qui faisait du crawl 1 kick, une demi ondulation je pense, j'ai un éducatif à moi. En planche bras devant faire des ondulations à une jambe en alternant gauche/droite. super pour sentir l'importance de la hanche, de l'opposition des ceintures, et les transferts de masse.

Comme en crawl le travail sous marin des bras est à travailler.

Je pense pour les réfractaires au crawl, c'est un compromis et un compromis qui permet de travailler des aspects du crawl, permet de respirer et travailler les deux côtés assez aisément, rien n'interdit de battre des pied un peu pendant l'extension. Dans le cadre d'un effort fond/demi fond, je soupçonne que pas mal de nageurs pourraient au moins un temps trouver un compromis acceptable, le temps d'installer un crawl, ou en alternance, ou pour protéger des épaules fragiles.

Je remets une vidéo, en anglais, désolé…
https://youtu.be/r8xqxKDONEg?si=qnE9sTqA4yBlMyWH
Serial poster dysorthographique. :hello:
Avatar de l’utilisateur
Miclio
Messages : 385
Inscription : jeu. 18 janv. 2018 22:48
Niveau : intermédiaire

Re: Fais toi prés

Message par Miclio » ven. 7 juin 2024 12:13

Bon, je pense que je régresse physiquement dur de dire sans relevé chronométrique. Quand j'ai commencé il y a presque 7 ans, même si les problèmes de santé avaient commencé à pointer leurs nez j'étais plus mince et plus en forme. Si je me renseignais beaucoup sur le sujet de la natation, j'y allais gaiement même si je n'ai jamais eu un gros fond de cardio.

In fine les douleurs se sont installées, je pense plus du fait de l'usure du temps que de la piscine qui a bien sur fait travailler… mal… des parties du corps qui travaillaient déjà mal. j'ai levé du lever le pied et je me suis passionné pour des considérations techniques. Cela a une limite parce qu'il faut tout de même pouvoir faire le travail et atteindre un certain volume.

Mon corps arrivait à une certaine limite, des grosses blessures s'étaient ajoutées à un fond de problèmes dont j'ai refusé longtemps de prendre conscience, enfermé dans un violent déni. La chose étant, je pense avoir déstabilisé la structure. Je gagne en mobilité par endroit mais mon corps tend à vouloir, si j’arrête mes efforts même ponctuellement, consolider l'édifice «de la mauvaise façon».
Cela m'inquiète un peu, quand je gagne en mobilité sur des parties finies de la structure, des points de blocage demeurent, de suite les zones de répartitions des contraintes sont moins nombreuses et les contraintes excercées en ces zones augmentent : en terme simple un ça fait mal, deux j'ai l'impression que la blessure n'est pas loin (en fait un point de résistance peut céder ou une zone se réveiller comme une zone en tension rompre et là c'est la blessure). Par une mécanique étrange, j'ai l'impression que je vais souvent à rebours de ce qu'il faudrait que mon corps fasse presque jusqu'à l'échec, dans la mauvaise direction, pour qu'un déclic s'opère svt à ma surprise assez opposé à ce que je pensais : je ne perçois pas ce qui ne marche pas, pour autant que je connaisse tous les os, pas mal de muscles, et en m'étant renseigner sur le système des fascia, des zones de mon corps reste des boites noires, des angles morts. Souvent dans ce cas, je repète des mouvements incorrects du point du vue de la nage ou de ce qu'est ma perception fausse de la symétrie gauche/droite pour générer fatigue et douleur, étrangement, si le circuit moteur semble défaillant, la perception de la fatigue et plus encore de la douleur l'est moins. Après des décennies, ou une vie, d'incurie je m'écoute désormais mais je suis obligé d'approcher la limite.
Par ailleurs, la douleur, comme les déséquilibres musculaires ou autres, doit encourager le corps a renforcer ce qui n'a pas lieu de l'être.

J'ai cru entendre pendant «mes études» que certaines pratiques sur des gens à la posture douteuse avaient été arrêté parce que cela créer pas mal de problème. Je peux comprendre, j'évalue bien l'impact sur un corps qui n'a pas été repris dans l'enfance ou l'adolescence. Heureusement, ai-je vraiment le choix de penser autrement, je pense qu'il est possible d'atteindre le but que je me suis fixé, la re-stabilisation de l'édifice dans une position plus normale. Tous ceux qui poussent les travaux de Mézière, étudient le système des fascia, font de la reconstruction postural vont dans ce sens.
Rien de tout cela ne semble standardisable (*), comme peuvent l'être le traitement de certains blessures que la kinésithérapie classique traite correctement, il y a beaucoup de critères, de la spécificité du patient (sources multiples pour sa problématique, sa motivation, etc) au talent du praticien en passant par l'état actuel des connaissances.

La chose étant, je suis seul sur ce chemin, les spécialistes dans ce domaine en France sont peu nombreux, coûteux, et largement empêchés dans leurs actions par la structuration de l'offre de soin, le chemin est long et tortueux, une fois engagé… rester coincé entre deux guets n'est pas une option souhaitable.

Heureusement, depuis mon dernier post, les choses ont progressé positivement, cependant jusqu'à une libération assez complete et suffisante, de ma liberté de mouvement, je passe par les affres décrits ci-dessus… J'espère qu'il en sera comme de certains phénomènes, lents, très lents, mais qui basculent brutalement quand la limite est atteinte et que les résistances résiduelles, pour autant bloquantes, sont vaincues.

Fin du jazz et de mon couplet d'auto-motivation…


* c'est la magie de la médecine moderne, la EBM, un bénéfice très médiocre voire presque nul mais reproductible trouve une validation statistique (€€€) qui devient «vérité scientifique» (€€€).
À l'opposé, un traitement qui peut être miraculeux mais est peu reproductible et cela quand bien même que la non reproductibilité se comprenne ou que des pistes pour l'expliquer soient sérieuses, est invalidable statistiquement est renvoyé à la marge voire dans le charlatanisme…
En terme simple, on préfère un truc qui ne fait pas grand chose à quelque chose qui pourrait marcher…
PS ce n'est pas toujours si simple ou ne l'était pas, clairement il est dur de ne pas remarquer que les forces de l'argent se sont appropriés toutes les dimensions du système de soin et ce à l'échelle globale…
Serial poster dysorthographique. :hello:
Répondre