Fermer

Entrez vos identifiants


Mot de passe oublié ?

logo de natation pour tous

Afficher menu du site

Nageur en crawl

Natation pour tous
Le livre

Natation : méthode d'entraînement pour tous

Découvrez une méthode d'entraînement complète avec un accompagnement sur une centaine de séances et de nombreux exercices techniques.

Voir la présentation du livre

Restez en contact :

facebook Flux rss Natation pour tous sur Twitter

Vous êtes ici : Accueil > Blog > 6 types de nageurs

6 types de nageurs, leur caractère et leur point faible

Le 29 septembre 2017

Dans les lignes d'eau, on rencontre tous types de spécimens. Au fil des années, je pense avoir réussi à identifier 6 grandes tribus, chacune ayant des coutumes et des caractères bien particuliers.

1. L’ordinateur

Comment le reconnaître ?

  • Il a théorisé toute la natation et a l’air d’en savoir beaucoup plus que l’entraîneur.
  • Il a une belle grosse montre connectée sur laquelle il appuie tout le temps. Si on insiste, il peut nous envoyer toutes les stats issues du logiciel de la montre (... et même si on n’insiste pas en fait)
  • Comme il traine beaucoup sur les sites/forums anglophones à la recherche d’infos techniques, on ne comprend pas tout ce qu’il dit : « Tu penses que mon catch est bon ou il faut que je sois plus en EVF ? », « Si tu es en FQS, il te faut un bon kick », etc.

Ce qu'il veut

  • Poser toujours une question supplémentaire (même si la précédente était déjà la 43ème)
  • Comprendre les petits détails comme la trajectoire du petit doigt et son influence sur la propulsion au cours du mouvement sous l’eau en crawl

Son point faible

Comme on ne peut pas penser à plusieurs choses en même temps quand on nage, une grande partie de la masse de connaissance de l’ordinateur est inutile. Du coup, sa progression n’est pas toujours à la hauteur de son investissement. Il doit donc nager en faisant plus attention à ses sensations et se laisser du temps pour automatiser.

2. Le Bourrin

Comment le reconnaître ?

  • Il ne s’échauffe pas, il est déjà chaud.
  • Quand l’entraîneur demande de faire du lent/moyen/vite, il fait du vite/vite/vite.
  • Attention, il est aussi redoutable sur les éducatifs : il est champion du monde de papillon à un bras et champion olympique de crawl doigts surface.
  • Il est souvent tout rouge et/ou essouflé, même s’il essaie de le masquer

Ce qu'il veut

Une série de type 15x100m le plus vite possible avec repos inférieur à 10 secondes si possible, car le repos, c’est du temps perdu pour le bourrinage. Avec les plaquettes, c’est encore meilleur. Pour les bourrins confirmés, une bonne série en papillon est un délice.

Son point faible

Techniquement, il n’évolue pas beaucoup. Il faudrait qu’il comprenne qu’il doit apprendre à nager lentement pour ensuite nager plus vite. Parfois, se faire battre par un perfectionniste (voir ci-dessous) peut être le déclic nécessaire.

Conseils aux entraîneurs :
Si vous voulez organiser une séance tranquille, tenez le absolument à l’écart des autres bourrins. Si le bourrin rencontre un autre bourrin, ils s’accouplent et font la course jusqu’à épuisement.

3. Le feignant

Comment le reconnaître ?

  • A tout un tas de petits trucs que le feignant élève au rang d’art : tirer sur la ligne en dos, réparer longuement ses lunettes, poser des questions au coach pour gagner du temps, etc.
  • Quand l’entraîneur annonce une série difficile, il a une irrésistible envie d’aller aux toilettes. Cela peut arriver plusieurs fois par séance.
  • Il a toujours une petite blessure, pas grand chose mais bon, ça l’empêche de forcer.
  • Beaucoup de feignants restent capables de claquer une performance d’extraterrestre en compétition, ce qui a le don d’énerver tous les autres.

Ce qu'il veut

Qu’on le laisse tranquille au mur et qu’on lui signale juste quand la séance est finie.

Son point faible

Le feignant s’ennuie. Il n’a pas vraiment d’objectif et il lui faut en trouver d’urgence. Cela passe souvent par un changement : changer de type d’entraînement, changer de spécialité ou maîtriser une nouvelle nage, changer de club et se lancer dans la compétition, etc.

4. La mamie

Comment la reconnaître ?

  • Tout d’abord, attention au piège la mamie peut avoir 20 ans. Elle peut aussi être un homme, même si techniquement, il s’agit alors d’un papy. Ne vous fiez donc pas au terme mamie qui est juste un terme affectueux (ou moqueur c'est selon)
  • 2ème piège : si toutes les personnes qui nagent en gardant la tête hors de l’eau sont des mamies, certaines mamies nagent avec la tête dans l’eau. Au premier abord, il est donc compliqué de la reconnaître.
  • Mais, il y a un signe ultime : la mamie maîtrise parfaitement sa nage, ce qui lui permet de ne jamais dépasser un certain nombre de pulsations cardiaques (90 battements par minute pour les connaisseurs). La mamie n’est d’ailleurs jamais essouflée et peut expliquer pendant 2 minutes que l’exercice qu'elle vient de faire était très fatigant.

Ce qu’elle veut

Faire la même séance, encore et encore. La mamie semble adorer tout ce qui est habituel.

Son point faible

Généralement, elle nage depuis tellement longtemps d’une certaine façon, qu’elle ne pense pas être capable de nager autrement. Elle a donc tout simplement besoin d’y croire. Encouragez-la.

5. Le perfectionniste

Comment le reconnaître ?

  • A ne pas confondre avec l’ordinateur. Le perfectionniste est plutôt dans une quête solitaire, c’est un artiste qui peut même, une fois au sommet de son art, créer sa propre technique.
  • Il ne s’entraîne pas beaucoup. Le perfectionniste recherche la qualité et non la quantité.
  • Il a une belle nage, très relâchée. Parfois c’est beau et très efficace, parfois c’est juste beau.

Ce qu'il veut

Atteindre la quintessence du crawl, du dos, de la brasse et, surtout, du papillon.

Son point faible

Il oublie parfois que le but d’une bonne technique est d’avancer plus facilement. Il doit donc penser en termes d’efficacité et non seulement en termes d’esthétique. Finalement, quand le bourrin le titille un peu, ça ne lui fait pas de mal.

6. Le Tchatcheur

Comment le reconnaître ?

  • Il parle beaucoup, de tout et avec tout le monde.
  • Quand tu écoutes la consigne du coach d’une oreille, le tchatcheur exploite ta deuxième oreille pour te raconter sa vie.
  • Quand tu n’entends plus personne parler, c’est que le tchatcheur est parti aux toilettes avec le feignant.
  • Au final, il est capable de faire une séance de 25 mètres en une heure (et encore, c’est parce qu’il a vu des gens à qui parler à l’autre bout du bassin)

Que veut-il ?

Le tchatcheur veut à tout prix se faire des amis et la piscine semble être l'endroit rêvé pour ça.

Son point faible

On se refroidit très vite dans l’eau et le tchatcheur risque l’hypothermie à chaque séance. S’il ne veut pas tomber malade, le tchatcheur doit choisir : ou bien commencer à s’entraîner sérieusement, ou bien devenir coach.

Vous souhaitez réagir à cet article ou poser une question? Commentez cet article sur le forum.

Si vous avez des talents de dessinateur (et que vous êtes d'accord pour nous en faire profiter), je recherche des illustrations plus amusantes pour cette article.

A lire également