Fermer

Entrez vos identifiants


Mot de passe oublié ?

logo de natation pour tous

Afficher menu du site

vue sous-marine en crawl

Natation pour tous
Livre

Nager un crawl efficace

Nouveauté : Natation pour tous vous propose une collection de trois livres complets sur les techniques pour vous perfectionner quel que soit votre niveau et approfondir les thèmes abordés sur ce site internet.

Présentation de la collection

Restez en contact :

facebook Flux rss Natation pour tous sur Twitter

Vous êtes ici : Accueil > Technique > La position de la tête en crawl



La position de la tête en crawl

Position des deux nageuses lors d'un 50 nage libre

Demi-finale des jeux olympiques d'Athènes, Malia Metella est opposée à Inge de Bruijn*. Une différence technique est particulièrement frappante, la Française (au premier plan) a le regard fixé vers le fond du bassin tandis que la Hollandaise regarde largement vers l'avant.

Comme nous allons le voir, ce choix est loin d'être anodin et influence l'équilibre du corps dans son ensemble. Alors qui, de Malia Metella ou d'Inge de Bruijn, doit constituer notre source d'inspiration?

La tête, un gouvernail

Dans l'eau, en l'absence d'appuis solides, le corps suit largement la tête. Comme nous l'avons vu dans l'article sur le gainage en crawl, il est ainsi impératif de ne pas bouger la tête de droite à gauche (en dehors des respirations) pour conserver un corps bien aligné et limiter les résistances.

Dans un plan vertical, l'inclinaison de la tête (position plus ou moins relevée) a un effet direct sur l'horizontalité du corps. Si la tête est relevée, les hanches et les jambes auront tendance à descendre vers le fond du bassin et les résistances tendront à augmenter.

Comment expliquer alors que certains nageurs, à l'image d'Inge de Bruijn, méconnaissent ce principe? Tout d'abord, on peut supposer que les qualités physiques de gainage et de souplesse permettent de limiter largement la chute des hanches et des jambes. Le port de la combinaison oeuvre également en ce sens. Mais il faut également savoir qu'un battement plus profond est plus efficace. Certains nageurs très puissants en jambes peuvent alors contrebalancer l'inconvénient d'une position un peu moins favorable grâce à une meilleure propulsion, surtout sur de courtes distances.

Malia Metella, l'exemple à suivre?

La position de la tête chez Malia Metella peut être qualifiée de neutre, celle-ci étant placée dans la même position que celle que nous adoptons debout. Le menton n'est pas collé contre la poitrine ce qui aurait pour effet d'augmenter la surface opposée à l'eau.

Dans cette position, les hanches sont plus hautes et le maintien de l'horizontalité du corps plus facile. Autre avantage tout à fait essentiel, la position neutre va permettre de mieux fixer la tête car le regard va pouvoir se focaliser sur les repères fixes constitués par les lignes au fond du bassin. Le maintien de l'alignement du corps en sera lui aussi grandement facilité.

Même si on peut observer différents styles au plus haut niveau, il est ainsi très probable que la plupart des nageurs trouveront un grand avantage à s'inspirer de champions et de championnes comme Malia Metella. La construction d'une bonne position du corps, susceptible de limiter le plus possible les résistances à l'avancement sera en effet largement facilité par un placement de la tête en position neutre.

(*) Les deux nageuses se retrouvèrent en finale le 21 août 2004. Inge de Bruijn l'emporta alors en 24''58 suivie de Malia Metella, deuxième en 24''89. L'Australienne Libby Lenton compléta ce podium en 24''91.

A lire également